Canicule

ma chambre, paris, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Son ombre est passée devant moi, la chaleur est stagnante et il n’y a pas un souffle d’air. Les zones d’ombre disparaissent dans un gris profond tandis que les draps s’entremêlent de blanc. Les couleurs de la peinture se succèdent jusqu’au noir. Le lit est séparé de la ville par le silence où seul se fait entendre le gazouillis des oiseaux au petit matin. Cette harmonie secrète mène à l’indolence, l’envie vous gagne de laisser le temps couler.

Céramique, Clichés/décoration, Clichés/photos

Canicule

Image

Palais Caïs de Pierlas

Le palais Caïs de Pierlas, Nice, gildalliere, 2017
Photo/Gilles Dallière

Tu es purement spectaculaire dans le désordre du Cours Saleya. Ta façade attire tous les regards passionnés mais l’ocre de ton jaune brûlé par le soleil paraît bien fatigué. Ton crépi s’effrite, tes persiennes n’en peuvent plus d’être fermées. Ton désordre a du charme tu sais mais aujourd’hui il a besoin d’être courtisé. De livrer ses mystères, de refléter cette lumière chère à Matisse. Il a boulonné son chevalet au quatrième étage créant une baie vitrée sur la Promenade des Anglais pour mieux absorber la lumière. Cette lumière monumentale qui s’éteint aujourd’hui face à ta décrépitude. L’ouverture est barrée d’un volet roulant cassé. Tes lignes baroques sont ficelées pour ne pas s’écrouler. Réveille toi merde, dévoile tes multiples dérobades, livre tes secrets d’alcôve. Tu es devenu sec, désert et austère et pourtant je t’aime passionnément.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Palais Caïs de Pierlas

Image

France/Danemark

Baigneur, Nice, gildalliere, 2016
Photo/Gilles Dallière

T’as pris la balle au bond et dans ce monde complètement foot, tu es KO. Tu sens le houblon et la mousse pour signifier ton désamour pour un monde qui ne tourne pas rond. Il a suffit d’un seul tir à la 82e minute et tu t’es allongé là, sans rythme et sans idée, inoffensif, l’amer est difficile à digérer. Tu as attaqué dans le désordre les deux lignes danoises qui coulissaient parfaitement sur la largeur du terrain. Zéro/zéro, c’est le néant. Tu as mis ta serviette sur la tête, ton vague à l’âme à marée basse. La marée, je l’ai dans le cœur qui me remonte comme une envie de t’envoyer Lionel Messi au cul. Mais ça c’est pour samedi. Leo étalera toute sa classe technique comme une mathématique blanche et bleue. Il passera en revue toute La Défense tricolore à une folle vitesse et conclura la contre-attaque d’une frappe pure à ras du poteau. Un but à la Messi. Le frisson garanti mon pauvre ami. Alors avant qu’il soit trop tard, réveille toi, fais moi rêver en bleu blanc rouge.

Clichés/photos, Clichés/voyage

France/Danemark

Image

Le bel azur se met en rage

Promenade des Anglais, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Parle moi de la pluie et non pas du beau temps, le bel azur se met en rage. Il emporte avec lui la Promenade des Anglais et l’horizon mouillé s’efface dans le mouvement saccadé des arbres sous l’orage. La traîné de nuages dans le ciel tourmenté me fait perdre la tête. Il ne reste plus rien que l’eau qui colle au gris bleu acier de la palissade. En un éclair, mon regard se met au service du trouble.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Le bel azur se met en rage

Image

les bains publics

Douches, Nice, gildalliere, 2018
Photos/Gilles Dallière

Sous la pesante chaleur, dans l’éblouissement furieux de la lumière, la grille s’intègre au contre espace. Tout est affaire de décor. L’angle mort de la Promenade c’est la descente aux bains publics ou seul les bruits d’ablution viennent perturber le silence. Faire du sens en utilisant les surfaces, les matières, les lignes de fuite, cela ne suffit pas à illustrer ce rapport des bains de la ville, entre l’intime et le public. J’ai posé le décor, celui de l’intention, il y a de la place pour la surprise, la déception, ou l’émerveillement. Il ne reste que dans ce bain de multitude, la ville est entre parenthèse et les murs sont couverts de graffitis dans lesquels s’exprime toute la misère sexuelle du monde.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

les bains publics

Image

Les emprunts de l’antique

Église Notre Dame du Port, Nice, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Notre Dame du Port laisse sa trace dans le paysage architectural de Nice. Dieu seul le sait ; elle est belle comme l’antique. Un seul trait sur l’azur du ciel et le fond outremer du bassin Lympia. Un fronton, un portique et des vagues de chapiteaux, de colonnes, de frises, de rinceaux et de festons, cadrent la perspective s’inspirant du style palladien. Les courbes sont abandonnées. Le clou du spectacle : une façade élancée dont l’ornementation est empruntée au vocabulaire néoclassique. Elle a su épouser la révolution, illustrer le Directoire et le Consulat et offrir son décor à l’Empire. Du bout de la digue, dans l’étroitesse du bassin, il y a de l’immensité.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Les emprunts de l’antique

Image

Instant donné

L1011958Pause cigarette, Nice, gildalliere, 2018-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière

Je me suis posté place Saint François devant un décor composé. J’ai attendu que quelque chose surgisse lorsque l’apprenti du supermarché Express s’est assis sur la main courante. Profitant de cet instant, j’ai fini par cadrer le blanc contrasté de son bleu de travail sur les profondeurs de la place. Il prit de la distance, tira un paquet de cigarettes écorné et en alluma une. Soudain joueur, en soufflant cette fumée tranquillisante dans l’air chaud de l’été, il s’est mis à me regarder par intermittence. Tout est à sa place. C’est l’instant décisif et il faut le saisir avant qu’il disparaisse.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Instant donné

Image