La tournure


Photos/Richard Alcock/Gilles Dallière

Être bronzier d’art requiert des connaissances en dessin, ciselure, tournure, monture… Les tâches sont différentes selon les étapes de fabrication : les pièces étant fondues, moulées, puis tournées, ciselées et montées. Chaque intervenant sur une pièce tient un rôle particulier dans la chaîne. Le tourneur reçoit l’objet à la sortie de fonte et le travaille à la main sur un tour. Un bronze de la Maison Charles n’est pas fait pour être embrassé d’un seul coup d’œil. Il doit être deviné dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l’un ou l’autre détail. Le tourneur ébarbe, poli, creuse, suscite des résonances inexprimables. Il imprime les rayons de lumière, l’un ici, l’autre là, tissant sur la trame du bronze ou du laiton comme une empreinte faite de ces dessins historiques à poudre d’or.
http://www.charles.fr

Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/photos, Clichés/tendances

La tournure

Image

LA CISELURE


Photos/Richard Alcock/Gilles Dallière

J’ai toujours entendu parler de la Maison Charles. J’ai bien connu Christiane Charles mais je n’étais jamais allé dans les ateliers de Saint-Denis. L’atmosphère y est presque familiale. J’y suis resté trois jours à saisir l’insolite d’un décor, les pas feutrés du sculpteur, les gestes mystérieux des danseurs artisans dans la pâleur des néons suspendus, leurs mains, leurs regards, la beauté d’un détail. Ici, le ciseleur nous envoie dans le décor. Il a le devoir de faire dire au métal ce que le sculpteur n’a pu lui donner. À l’aide de ses propres outils, d’un marteau et des différents ciselets, il se met à retoucher la pièce brut de fonderie, ce que ne livre ni la terre ni la cire ni le bois, cette fleur de l’épiderme, la maille du tissu, les nervures des feuilles, le moiré des fleurs, tout cet infini délicat qui charme l’œil et donne la couleur et l’esprit à la matière. Chaque pièce est unique.
http://www.charles.fr

Clichés/design, Clichés/photos, Clichés/tendances

La ciselure

Image

Kérylos

les lustres de la Villa Kérylos
Photo/Gilles Dalliere

Des fleurs de verre soufflé se suspendent et se balancent sur les ors d’un plafond maquillé. Au clair de leur pâleur, elles se reflètent au dessous de la lune, dans l’écume éclatée des caissons fabriqués sur l’océan de la nuit.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/photos

Kérylos

Image

Viva Villa !

Villa Radet, Paris, Montmatre, gildalliere, 2017

À Montmartre le festival Viva Villa réunit les œuvres des artistes des trois prestigieuses résidences artistiques, la Villa Médicis, la Villa Kujoyama et la Casa de Velázquez, autour du thème LES APPROCHES mise en évidence de la pluralité des disciplines – Arts plastiques, musique, cinéma, littérature, philosophie. En contrepoint de la présentation des travaux des résidents dans les ateliers et les jardins de Norvins, le festival propose des débats qui permettront d’interroger la question de la recherche et de la création artistique. Nuit blanche samedi 7 octobre. Accès Villa Radet 16, rue Girardon 75018 Paris. #festival#arts#artistsinresidence#musique#performance#cinema#ecriture#photography📷#blackandwhite#gildalliere#leicam240# @vivavillafestival

Clichés/adresses, Clichés/expositions

Viva Villa !

Image

Auto portrait

Voiture, argent, gildalliere, Milan, 2007-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dalliere

Auto portrait du profil galbé d’une voiture de luxe. Une création visuelle qui révèle la beauté formelle des courbes noyées dans l’argent jusqu’à la gomme écrin d’un pneu dont la jante devient l’emblème d’une certaine réussite sociale. #car#silvercolor#exibition#luxurycar#photography📷#gildalliere#canon5d#milanocity

Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos

Auto portrait

Image
Clichés/expositions, Clichés/voyage

À Venise, le tapis fait le mur


Jusqu’au 31 décembre, l’artiste américain Rudolf Stingel fait son show. Il couvre sur 5000m2, des sols aux murs, le vaste atrium et les deux étages de galerie, de tapis ottomans. Une superposition ou le rouge se fait la vedette pour mieux mettre en valeur les peintures monochromes et les photos en noir et blanc de saints et de madones en bois sculpté. La transformation de l’espace est explosive.

http://www.palazzograssi.it

Par défaut