Le chemin de la vie…

Le sentier de la plage du Dramont, gildalliere, automne 2021

Dans la vie, on chemine à la recherche de soi. Au bout du chemin qui mène au sémaphore, le jour s’éteint. Un an déjà. Les saisons se succèdent, la roue des nuits et des jours tourne sans fin. Le soleil et les nuages au-dessus jouent avec leurs jouets d’ombres depuis toujours. Je sonde l’espace, je l’interroge. Le sentier s’obscurcit. La brume de l’automne descend, fraîchement baignée dans la mer du Dramont.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le chemin de la vie…

Image

Quercus coccifera…

Quercus coccifera, massif de l’Esterel, le Dramont, gildalliere, automne 2021

Le chêne s’étire entre le clair-obscur de la nuit et l’aube transparente dans un remuement bruissant de branches rugueuses et de feuillage persistant. Le regard du jour fait frémir la nuit exténuée sur l’écriteau des nuages. À l’horizon, le voile d’ombre de l’infini glisse sur le rivage vermeil de la mer du levant et l’arbre, immense, l’habille de sa robe d’or vert et de son étole de vents.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Quercus coccifera…

Image

Abstraction …

Le reflet de la villa Alfonsa dans les eaux du lac du Dramont, gildalliere, automne 2021

Mon regard se fait de plus en plus abstrait, il cherche à surprendre et joue volontairement sur les flous qui plongent dans les eaux noires du Cornet. Du haut des restanques de la belle Alfonsa, les pins et les blocs de porphyre bleu de l’Estérel, se souviennent des mineurs, des tailleurs de pierre, des marqueurs, des forgerons, des mécaniciens, des graisseurs, des gargotiers et des manœuvres qui ont marqué l’histoire des carrières du Dramont. Alors oui, j’écoute ce lac, il me parle du silence.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Abstraction …

Image

Happy day…

Des ronds dans l’eau, lac du Dramont, Saint-Raphael, gildalliere, automne 2021

C’est mon anniversaire. Je regarde l’indéfini du côté du lac, et je ballotte dans des eaux moins tranquilles. La brume descend fraîchement baignée par la mer du Dramont. Le lac sans rive répond aux doux remuements des flots d’une aria et la risée frémissante des battements de mon cœur l’enlace de tous côtés. Sur la feuille du temps, ce jour laisse une empreinte légère qui pâlira à vue d’œil.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Happy day…

Image

Le miroir d’eau…

Le reflet des mâts des voiles de Saint-Tropez dans le port, gildalliere, automne 2021

Rien de plus fascinant que ce miroir naturel, insolite, et changeant qu’est une surface d’eau réfléchissante. À quoi tient ce goût de la vision indirecte et de la réalité redoublée ?
Elle transforme le visible en image, m’en rendant l’apparence seule, délivrée de son poids de matière. Elle insère l’irréel dans le réel et le fantastique dans le quotidien. Elle nous présente un monde que je reconnais mais projeté dans un espace qui n’est plus le mien, où je n’ai accès que par mon regard, par ma pensée, comme s’il était rêvé.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le miroir d’eau…

Image

Qui voit le ciel dans l’eau…

Quand on regarde le ciel dans l’eau, Agay, le lac du Dramont, gildalliere, automne 2021

Le lac est si profond que le ciel s’y est mis. En rêvant le vent, l’écho des nuages et de l’eau qui les dédouble se trouble, et les vagues qui glissent à ma rencontre, reflètent le vide qui m’emporte tout en haut de la falaise de porphyre bleu qui dévide mille sentiers autour de l’Estérel. Il y a une ombre au tableau et il y a de la lumière. Elle dévisse jour et nuit les collines de pins d’Alep et de chênes de Cork.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Qui voit le ciel dans l’eau…

Image

Jeux d’ocres…

le palais Laascaris, Nice, gildalliere, 2016

le palais Lascaris, Nice, gildalliere, 2016


Photo/Gilles Dallière/Palais Lascaris/Nice

Dans ce palais pittoresque, perdu au cœur du vieux-Nice, les dissonantes et âpres notes baroques nous mènent dès l’entrée à l’escalier monumental. Entourés d’arcades de marbre, de trompe l’œil et de statues, les murs aquarellés d’ocre rose répandent un jour mystérieux qui invite à la méditation. Et même si les pierres s’étiolent distillant un charme fugace, c’est un bijou de grand seigneur italien.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/voyage

Jeux d’ocres…

Image

Madame de…

Les moulures d'un salon orienté, gildalliere, Paris,2018

Les moulures d’un salon orienté, gildalliere, Paris,2018


Photo/Gilles Dallière/Richard Alcock/Paris

Au XVIIe siècle, ce qui faisait la différence entre une femme et une précieuse, c’était l’esprit, et que pour porter ce nom, il était absolument nécessaire qu’une personne en ait, ou affecte de paraître en avoir. J’aime l’idée qu’elle pourrait faire salon dans cette pièce aux murs patinés gris perle, encadrés par de fines baguettes d’or. Elle s’allongerait sur cette dormeuse en velours violine, posée là, sur un épais tapis à grandes rosaces. En face, sur la cheminée, deux bergers de Watteau se conteraient fleurette au-dessus d’une pendule rocaille aux côtés de laquelle deux amours bouffis supporteraient une touffe de lis disposée en candélabre. Il y a surtout ce meuble syrien marquetté de nacre qui s’impose. Tout cela est un peu futile, peut-être, mais de bon ton, et l’absence de ces petits riens coûteux qu’on nomme bibelots, prouve que Madame de, est une femme de goût.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Madame de…

Image

Guillemets…

L'étagère, Cythère, gildalliere, 2013

L’étagère, Cythère, gildalliere, 2013


Photo/Gilles Dallière/Cythère/Grèce

Un rayon de soleil enrichit le regard. Il dessine, précise, embellit une architecture brutaliste et authentique. Entre le monde et moi, je mets de temps en temps des guillemets, et je ne permets pas au monde de les franchir. Mais, de temps à autre, j’aime découvrir un bel objet, le reconnaître et, ouvrir la parenthèse m’inspire.

Céramique, Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Guillemets…

Image

Le muscle et l’effort…

Terrassier au travail, Alfred Boucher, 1850-1934, le muscle et l'effort, gildalliere, musée Galliera, Paris, été 2020
Photo/Gilles Dallière/Terrassier au travail, Alfred Boucher, 1850-1934, le muscle et l’effort/Musée Galliera/Paris

Un homme nu émerge d’un bloc de marbre sculpté par Alfred Boucher. Une conversation étonnante entre la duchesse de Galliera et le terrassier au travail. Avec son décor nouvellement restauré la coquette est consciente de son élégance citadine devant ce nu idéal, ce corps au travail qui nous convie à rebrousser le temps. On ne reste pas indifférent face à l’homo-érotisme du terrassier. Alfred Boucher met en avant la musculature du corps. Les veines saillantes attirent l’attention sur l’effort fourni, les mollets sont frappants de précision, le sexe est dévoilé, et le visage hiératique semble montrer que rien ne détournera l’homme de sa besogne jusqu’au mouvement de la pelle qui se courbe sous l’effort. À la faveur de sa réouverture le 1er octobre, le palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, présente la première rétrospective en France d’une couturière hors-normes : Gabrielle Chanel.

Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Le muscle et l’effort…

Image