La mort du centaure

Musée Bourdelle, le centaure mourant, gildalliere, 2015
Photo/Gilles Dallière

Ce centaure passe des heures à mourir dans la communion parfaite des lumières et des contrastes de l’atelier d’Antoine Bourdelle. L’homme-cheval, rongé de douleurs parce qu’il est immortel, obtint finalement du sculpteur de mourir dans l’enceinte du théâtre des Champs-Élysées. Il meurt sans plainte ni faux-semblants, sans voyeurisme non plus, la tête posée sur son épaule. Jérôme Godeau écrit : «Si les frisons de la robe, l’ondulation des flancs sont d’un modelé sensuel, l’allongement de la taille, l’envasement du torse, l’étirement de la ligne du bras et du cou s’inscrivent dans la perfection d’une figure géométrique». Très haut, il tutoie les étoiles, les sabots profondément ancrés dans son socle de plâtre.

Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/voyage

La mort du centaure

Image

Tout est là

Tuilleries, gildalliere, 2018-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière

L’automne est enfin là, flamboyant et superbe. Les arbres commencent à s’enflammer. Les feuilles tombent et je traîne des pieds dans la poussière et le amas de feuilles mortes, je retrouve ce vertige du monde de l’enfance, cette insouciance où tout est lent, où tout m’agrippe. La lumière tombe au ralenti et tout remonte de mon enfance, ces sensations du passé enfouies dans la chair… Tout est là.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Tout est là

Image

Photographisme n°2, architecture recomposée

Cathedrale Antibes Tirage 5 A 1
Photo/graphisme/Gilles Dallière

Ici, c’est un hymne à la couleur. Il y a deux points essentiels : la photo, graphique de la cathédrale d’Antibes et l’abstraction des formes. Je glisse entre l’espace réel et la représentation de cet espace. J’inscris des rectangles sur des champs de couleurs unies, ceux de Notre Dame de la Platea. Les dessins géométriques polychromes s’y déploient et s’adaptent à l’architecture et l’ambiguïté de l’espace. Une théâtralité mesurée.

Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos

Photographisme n°2, architecture recomposée

Image

Photographisme n°1, paysage recomposé

Paleopoli, gildalliere, 2018 copie 4
Photographisme/Gilles Dallière
Je bascule dans une nouvelle esthétique ou les lignes, le vert de gris des couleurs et les formes géométriques ne font plus qu’un avec le noir et blanc du paysage photographié. Dans l’atmosphère sourde de ce champ d’oliviers grecs, je réinvente la lumière. Les figures cubistes se projettent et se bousculent à l’intérieur du tirage A1. La simplicité naïve de ces structures est aussi plate et primitive qu’un dessin, mais à travers ce champ de vision, la matière s’aère, les contours spatialisés marquent une volonté d’échapper à la gravité pour mieux gagner en transparence, en équilibre et en articulation.

Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Photographisme n°1, paysage recomposé

Image

Réflection

Mrs Russell, musée Rodin, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

À l’autre bout de sa vie, Marianna Mattiocco della Torre, épouse du peintre australien John Russell, pose pour Rodin déguisée en Saint-Georges. Dans les salles de l’hôtel Biron, son plâtre immobile baigne dans une lumière hésitante. Elle domine avec angoisse le paysage à l’entour. Étouffée dans sa cage de verre, elle est incapable de comprendre ce qu’elle fait au 1ère étage du musée Rodin. Elle attend que les premiers visiteurs apparaissent. Dans cette colonne de sculptures exposées elle cherche des yeux la silhouette des arbres qui se confondent avec la poussière. Elle sait, à cet instant, que quelque chose commence.

Clichés/expositions, Clichés/interiors, Clichés/photos

Réflection

Image

Le passage du temps

Figuier, Grèce, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Ce jeudi matin, 18 octobre 2018, la lumière était belle, pâle, comme effacée. Les allées du MAD qui rendent hommage à Gio Ponti sont presque vides. Comme le dit si bien Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs, « Cette exposition vient à son heure pour rendre à César ce qui lui appartient et à Ponti la place qui lui revient dans l’histoire de l’architecture, du design et des arts décoratifs… Il est ici chez lui ». Ce samedi matin, je me balance sur l’automne de ma vie. Je ne suis plus tout neuf mais je ne suis pas si vieux et surtout je suis libre de faire ce que je veux. Le moindre geste de cette journée sera un souvenir futur. Hier est parti pour toujours, demain ne viendra peut-être jamais, seul aujourd’hui m’appartient. Les feuilles mortes prennent l’or, le pourpre et le violet de ma vie. Le jour de mon anniversaire, Je ne la mesure pas par le nombre de ses respirations mais par le nombre des moments qui m’ont coupé le souffle.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Le passage du temps

Image

Épure

Uil-72dpi
Photo/Gilles Dallière

Tout est dessiné dans cette épure et je n’ai laissé à l’obscur que des croisées d’architecture. Dans cet équilibre où le blanc devient noir et le rien devient tout, une lumière diaphane venue du ciel souligne l’élan d’une ligne qui marque les angles de son trait. Elle se gonfle de clarté et soudain s’immobilise, d’abrège et disparaît dans la palette des gris qui soulignent l’acuité de sa géométrie.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/voyage

Épure

Image