Le nouveau QG de l’art urbain à Paris

l'aérosol, Paris, gildalliere, 2017.jpg
Photo/Gilles Dalliere

C’est une explosion de couleurs. Et quand elle se montre innovante, ouverte et décontractée, la street culture est un formidable outil de promotion du savoir vivre ensemble. L’aérosol est le nouveau lieu branché de la capitale, une exposition phare haute en couleurs. Une occupation temporaire sur un site industriel histoire de réinventer le quartier entre La Chapelle et Rosa Parks. Une expérience qui permet de poser les premières pierres d’un partenariat entre Maquis-Art et Polybrid dont l’ambition à terme est de faire naître une agence à même de se positionner sur d’autres lieux temporaires où pérennes dédiés aux cultures urbaines. #lifestyle#foodtrucks#maquisartshop#walloffame#2017#photography📷#colorsplash#gildalliere#leicam240 @laerosol_paris

L’aérosol
54 rue de l’évangile
75018 Paris

Clichés/adresses, Clichés/Inspiration, Clichés/tendances

Le nouveau QG de l’art urbain à Paris

Image

Architecture éphémère

paris-le-bon-marche-rive-gauche--Modifier.jpg
Photo/Gilles Dalliere

L’incroyable œuvre monumentale d’Edoardo Tresoldi. Une coupole en grillage aérien qui se frotte aux verrières du bâtiment germanopratin du Bon Marché

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/tendances

Architecture éphémère

Image

Matières d’exceptions.


Photos/Jean-Marc Palisse/stylisme/Aurélie Des Robert

Qui se doutait que les créations Métaphores s’installeraient au château de Groussay le temps d’y mettre en scène la collection 2017. Certainement pas Charles de Beistegui. Toutes ces étoffes rigoureusement cernées d’un trait maîtrisé parfois poudré et irisé, paré de somptueuses chatoyances ont une fonction bien précises, installées qu’elles sont dans cet écrin construit en 1815 pour la duchesse de Charost. L’audacieuse Métaphores, l’intemporelle Verel de Belval et l’épurée Le Crin se mettent en représentation ce qui redonne à voir les profondeurs d’une collection qui est l’écho de notre temps. Ce qui est beau dans ces images c’est la force déchaînée des motifs, la violence engendrée par l’affrontement des couleurs, la relation au décor qui nous abuse. Affranchi de l’espace perspectif, le regard se perd à déchiffrer la matière qui s’offre là au premier abord, comme une énigme colorée.

http://www.creations-metaphores.com
http://www.chateaudegroussay.com

Clichés/décoration, Clichés/tendances

Matières d’exceptions.

Image
Céramique, Clichés/décoration, Clichés/tendances

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Contre le vacarme incessant des mots de nos politiciens et les poisons sociaux qui vont ralentir cette nouvelle année, le silence d’Elizabeth Leriche s’est imposé à une époque survoltée. L’art de vivre et le style s’offrent une cure de sérénité. La beauté se déleste des artifices de l’ornement inutile et se consacre à la recherche de l’essentiel. Je vous livre ici l’idée d’une simplicité qui m’a fait du bien à l’âme. 

À contre-jour, Twill de soie et coton, Dedar. Table Terzo, détail céramique émaillée Christiane Perrochon et érable, Bruno Moinard Éditions. , Assiettes, nappe en chanvre, Serviette en lin, Society. Revêtement mural, Océania, Élitis. Tapis collection Blur, Bokeh II, en soie, Tai Ping. Suspension, Ontwerpduo, SeraxEat Sweet, Yamaka. Service de table Giro, Ben Van Berkel/UNStudio, Alessi.


Where are we going, installation de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche. Livre, Tham Ma Da, The Adventurous Interiors of  Paola Navone by Spencer Bailey, edition Suzanne Slesin, Pointed Leaf PressCairn, Guillaume Delvigne, Tools Galerie. Tissu, Mrs Robinson,rubelliveneziaOlympia, Doriana et Massimiliano Fuksas, Nemo. Tapis, collection Paralleli, Dimorestudio, GolranCollection Five Circles, Muller Van Severen, Valerie ObjectsNatecru, Pierre Frey. vase Twin havane et jaune, Vanessa Mitrani, Roche Bobois. Tissu et papier peint Fuochi, Livio De Simone.


Miroirs Luminarie de Marcantonio Raimondi Malerba, Seletti. Plats, Canova Constance Guisset, Moustache. Tapis Lake fait au Népal, Amini. Canapé Avio avec table basse intégrée, Piero Lissoni, KnollHiggs,suspension avec LED. de Piero Castiglioni, Promemoria. Tissus Manhattan, Savaii, Hudson, Sahco Hesslein. Vases en céramique de Giorgio Ricciardi Laboratorio Castello. Banquette X-Ray, Alain Gilles, La Chance. Etagère Hutch de Chiara Andreatti, Atipico. Assiette Reflets, Maguelone Marin, Jars.


Miroir Dorian Grey, Formagenda. Détail pied bureau, Matthieu Bourgeaux Tiptoe. Console Shine, Meridiani. Suspensions Gambi, Eno StudioTube, tapis, Joe Colombo, Cappellini. Panneaux Prism Partition de Tokujin Yoshioka, Glas Italia. Tables Sunrise et Sunset, DeCastelli. fauteuil Bluemoon, Patrick Jouin, Coédition. Papier peint Rete, Livio De Simone.

Par défaut

RUBELLI, LA LIBERTÉ DU GESTE

Loin des lampas et des brocards, si je devais retenir un tissu chez l’éditeur vénitien Rubelli, c’est « Rembrandt », un jacquard riche en trames, tiré d’une esquisse originale sur papier de riz. Un dessin presque organique, le gris en note majeure, résolument contemporain grâce au mélange coton viscose qui lui donne une certaine brillance. L’effet coup de pinceau sur toute la largeur lui impose une dimension intemporelle sans être passéiste. Entre les nuances claires ou foncées la délicatesse du mouvement fait vibrer la lumière.
30163 Rembrandt, 3 coloris : Calce, Antracite, Salice.
41%CO, 37%VI, 22%PA, Larg.135cm, Rac. 88
http://www.rubelli.com

Clichés/tendances

Rubelli, la liberté du geste

Image

CORPS ET ÂME

Sylvie Guillem

Au théâtre des Champs-Elysées, hier soir, Sylvie Guillem, bras tendus en formation en V vers le bas, les mains relevées sur les côtés, la jambe d’appui ébauchant une génuflexion, le pied de derrière pointé et appuyé sur la cheville de terre, a exécuté l’ultime révérence de sa carrière de danseuse étoile. Je peux vous dire que l’émotion, au deuxième rang de l’orchestre, était partagée. A cinquante ans vous lancez votre dernier défi chorégraphique avec Akram Khan, Russel Maliphant, William Forsythe et Mats Ek. Votre corps s’est tendu avec une force étonnante, jusqu’à sublimer les meurtrissures de 39 ans d’une carrière rebelle qui a ébloui le monde de la danse contemporaine. 39 ans de travail, de souffrance, d’effort jusqu’à parvenir hier soir à la perfection d’un saut, d’une arabesque ou d’un jeté de bras. C’était la fête au théâtre des Champs-Elysées et j’ai eu une chance incroyable de pouvoir applaudir ce que vous nous avez donné : le meilleur de vous. « Life in Progress » madame.

Clichés/tendances

Corps et âme

Image

Quelle belle soirée, 6 juin 2015, Montserrat caballé nous a fait sa leçon de musique. Une très rare occasion où elle nous a confier ce qu’est pour elle l’art du chant, de la respiration et du maintien. Elle nous a fait rire et pleurer en annonçant ses adieux à la scène à 82 ans. Elle ne chante plus mais reprend des mélodies avec sa fille Montserrat Martí et son élève Jordi Galán. « la superba » a une voix magique, à nulle autre pareille. Son extrême souplesse lui permet d’aborder tous les répertoires avec un souffle et des pianis inégalés. Elle n’hésite pas non plus à partager la scène avec Freddie Mercury et Johnny Hallyday. Hier, c’est avec famille et amis que la cantatrice espagnole s’est imaginé une Master Class de rêve et nous lui avons bien rendu avec cette « standing ovation » aussi émouvante pour elle que pour nous. Elle a chanté à Pleyel en 1966… Elle a quitté Paris hier soir avec des larmes dans nos yeux mais très vite elle nous a fait rire, pressée de ne pas manquer le match de foot Juventus Turin/FC Barcelone.
Vous avez gagné Madame 3/1 et c’est bien normal. En tout cas hier soir, pour nous, il n’y avait que du bon.

http://www.philharmoniedeparis.fr