L’eau à la bouche…

L’office du musée Nissim de Camondo, Paris, gildalliere, 2020

Je suis revenu sur les traces de mes années estudiantines. Au musée Nissim de Camondo, j’ai toujours été fasciné par les différentes pièces du service de la bouche. C’est dans cette partie principalement que l’on connaît si l’architecte est savant dans la distribution. C’est par la commodité de ces lieux que chaque chose se trouve dans sa place. Il y règne ce solennel silence qui est de l’ambition de toutes les grandes maisons. Je ne perçois guère qu’un cliquetis de service à thé, un mot ici ou là, à peine un murmure.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

L’eau à la bouche…

Image

Là ou l’ombre confond la lumière…

L’atelier de Bourdelle, musée Bourdelle, Paris, gildalliere, 2020

Passer trois heures à baguenauder dans l’atelier d’Antoine Bourdelle… J’aime l’obscurité de cette pièce. La pierre sculptée capte l’extrême pointe de la clarté du jardin. Les reflets blanchâtres du buste, comme s’ils étaient impuissants à entamer les ténèbres épaisses des panneaux de boiseries, rebondissent en quelque sorte sur cette obscurité, révélant un univers ambigu où l’ombre et la lumière se confondent. Ce n’est pas une clarté ordinaire, elle possède une qualité rare, une apesanteur particulière, accentuée par le rythme visuel de son œuvre aux effets archaïques.

Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Là ou l’ombre confond la lumière…

Image

Durer encore…

Réfextion, Paris, gildalliere, 2020

Il y a un an aujourd’hui, je te serrais dans mes bras très fort, trop fort, persuadé que je ne te verrais plus vivante. Tes journées sont devenues sans relief. Elles usaient leur dose de silence sans rien produire. L’ordre du jour était clair : il s’agissait uniquement de moins souffrir parce que ton avenir était hypothéqué à court terme. T’es yeux m’ont appelé à l’aide. Tu as glissé sur le crépi de la vie comme la projection de lumière de cette fenêtre. Je me suis mis à distance de ta mort. Et pourtant en moi, encore aujourd’hui, l’émotion déborde, le visage écrasé dans le mur, la boule au ventre.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Durer encore…

Image

Que suis-je en train de regarder ?

Les Arts Décoratifs, vision, musée, Paris, gildalliere, 202O

Dans le Palais du Louvre, au Musée des Arts Décoratifs, que suis-je en train de voir ?
Le MAD, rénové, me pousse à regarder le monde avec un œil différent. À travers cette ouverture opaque, je vais au-delà de ce que je connais déjà. La lumière prend une autre dimension. Cette fenêtre utilise une grande variété de stratégies, comme celle de cadrer l’architecture de façon inhabituelle, en créant une composition inattendue à travers ces perforations qui doivent échapper à pas mal de visiteurs. Car il faut aller au-delà de l’enveloppe, de la consistance et de la matière. Et là, la photo soulève un doute : est-ce un vrai palais ou un décor artificiel ?

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Que suis-je en train de regarder ?

Image

Le silence…

Palier, Palais de la découverte, grand palais, Paris, gildalliere, 2020

Le vide, l’ordonnance des lignes horizontales, la pierre sculptée, la rampe de fer forgé, la subtilité des détails : le lieu est unique et surtout interdit. Je m’y suis fait prendre bien-sûr comme un enfant, et devant tout ce silence, cette image pétrifiée, j’ai regardé derrière le mur ce qui a disparu dans les strates du temps : l’enfance. Il n’y a plus le silence religieux des dîners de famille, le générique des feuilletons suivis sagement assis dans le canapé du salon : Thibaud où les croisades et le galop des chevaux, Rintintin et le son de la trompette, ma sorcière bien aimée, la voix off des envahisseurs, l’homme du Picardie et sa rengaine terriblement nostalgique, la musique saturée des incorruptibles et celle de Daktari aux djembés entêtants, le concerto d’Aranjuez pour guitare et orchestre qu’écoutait maman, et dans une explosion de couleurs et de frissons, la magie psychédélique d’Atom Heart Mother…Derrière le mur, l’enfance est devenue inaccessible.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

le silence…

Image

L’Hôtel Biron…

Hôtel Biron, musée Rodin, détail de la rampe d’escalier, Paris, gildalliere, 2020

Derrière les encorbellements de l’escalier monumental de l’Hôtel Biron, construit entre 1728 et 1730 par l’architecte Jean Aubert, il y a un contre-champ, une rigoureuse mis en scène, un clair-obscur à la géométrie kafkaïenne. La maîtrise en est troublante. Face au penseur de Rodin, l’ocre vibrant du mur se taille un franc succès. La légèreté du relief creusé dans le mur comme un œil borgne repose sur la sobriété formelle de la ligne de fer forgé suspendue à la lumière qui lui confère une apparence presque éthérée.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

L’Hôtel Biron…

Image

Mis en valeur…

Le brut du musée des Arts Décoratifs, MAD, Paris, gildalliere, 2020

Le soleil glisse de salons en galeries. On a raclé les murs, on a emporté les boiseries, les stucs, les corniches, les rosaces. On a modifié la forme même des pièces. Les parois, nettes de toute moulure, sont en béton “work in progress “, comme si on avait supprimé le mot fouillis du vocabulaire du musée des Arts Décoratifs, le MAD. L’escalier est aussi nu que sa structure est pâle. Il s’enroule autour d’un axe astiqué, décapé, débarrassé de toute brillance. Il fait face à la lumière…Autour, des articles, des couvertures, des photographies, des tenus iconiques, des accessoires, racontent les 150 ans de mode du mythique HARPER’S BAZAAR. Il est à noter qu’à l’heure où la communauté noire clame haut et fort les injustices raciales qu’elle subit, le célèbre magazine de mode américain vient d’embaucher sa première rédactrice en chef noire : Samira Nasr.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Mis en valeur…

Image

L’impératrice des Français…

Joséphine, impératrice des français, 1865 par l’artiste Vital-Gabriel Dubray, Versailles, gildalliere, 2020

Je me suis attardé au château de Versailles pour voir le soleil éveiller les statues. J’y ai croisé une femme qui cherchait L’empereur sur la toile de David « le sacre de Napoléon ». Je pense qu’elle ne l’a pas encore trouvé. Joséphine, « impératrice des Français », sculptée en 1865 par l’artiste Vital-Gabriel Dubray, m’invite à me laisser guider du calme au tumultueux, du grandiose au pittoresque, du sévère à l’aimable, du contraint au naturel. Le mystère demeure un peu flottant parmi les effluves embaumées des jardins. On comprend l’amour et ses nuances infinies de sensualité tendre et infiniment harmonieuse liant d’un seul corps et âmes, ce couple d’une étoffe exceptionnelle. Devant la beauté restaurée et très dévoilée de cette femme émancipée, je suis touché par cet intense, dense et miroitant sentiment qui enveloppa ces deux êtres

Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’impératrice des Français…

Image
Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Souvenirs…

Nature morte, métal argentén étain, cristal Lalique, Paris, collection particulière, gildalliere, 2020

Ma troisième nature morte. Mais qui reconnais-tu ?
L’étain magistralement dessiné par Marie-Claude Bérard, la fleur vide poche de maman signée Lalique, deux vases à offrandes achetés à New-Delhi en argent ciselé, ils symbolisent la naissance, la disparition, et la réincarnation. Quand à la souris suspendue dans le blanc de ma vie, elle porte les rêveries de Lucrecia Calvi.

Par défaut
Céramique, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Tout en transparence…

Photo/Gilles Dallière/Nature morte, transparence, Baccarat, Muriel Grateau/ 2020

La vraie magicienne, c’est la lumière, énigmatique, toujours changeante et son corollaire. Les ombres, denses, chargées de mystère se jouent des formes et de la transparence. J’ai transformé mon appartement en studio, disposé les verres Muriel Grateau et la carafe Baccarat sur un fond d’orage. J’ai réglé l’éclairage et calculé tous les aspects de la prise de vue à travers une vitre délavée par dix années d’intempéries. Et quand j’ai mis mon œil dans le viseur de mon M 10 R, quand j’ai vu l’illustration de mon idée prendre forme, j’étais « haut ». Mais je sentais toujours une insatisfaction, surtout qu’au moment de déclencher la vitre ayant trop vécu a basculé sur la composition en mille et un morceaux.

Par défaut