Clichés/expositions

« Dogs in the Living Room »

Farid Rasulov, Dogs in the Living Room
Si vous n’avez pas eu la chance d’aller voir l’installation «Ornementation» à la 55e biennale de Venise, la Galerie Rabouan Moussion présente l’œuvre de Farid Rasulov pour la première fois en France, du 6 septembre au 11 octobre 2014. Rasulov, né en 1985 en Azerbaïdjan, brouille les frontières de l’esthétisme en créant des espaces entièrement recouverts de tapis orientaux. Les sols, les murs, les meubles, les objets deviennent irrationnels. L’artiste, en franchissant la porte de la galerie, nous fait mesurer un saisissant contraste : celui qui oppose la nonchalance de ces chiens blancs à l’exquise féerie du décor qui dissimule le bâti. L’image, provocatrice, offre au regard une architecture proche du sacré rythmée par la répétition des couleurs et des motifs. La dimension architecturale et ornementale prend le pas sur la représentation figurative. Il transmue l’environnement en le faisant participer à un espace dont le centre de gravité est devenu le tapis. Telle est aussi la vocation de l’art oriental : son objet est avant tout l’environnement de l’homme, d’où le rôle déterminant de l’architecture et du décor.
Galerie Rabouan Moussion
121 rue Vieille du Temple, Paris 3.

http://www.galerie-rabouan-moussion.com

Par défaut

Archiportrait Antoni Gaudi par Federico Babina
Illustration/Federico Babina

« Ceux qui veulent devenir architectes (tout le monde ne le peut pas) non seulement doivent posséder de remarquables aptitudes mais doivent aussi faire comme celui qui veut escalader une montagne : qu’ils mettent leurs forces à l’épreuve pour voir ce dont ils sont capables car c’est un chemin de sacrifice. »

Antoni Gaudi

Clichés/citations

Archiportrait : Antoni Gaudi

Image
Clichés/tendances

H comme Haider Ackermann


Photos/Morgan O’Donovan
Haider Ackermann revendique un style à la croisée des chemins entre cultures urbaines et nomades. Parsemés de métaux scintillants, de paillettes ou de pierres de jais, les vêtements illuminent de reflets irisés une toile de fond sur laquelle la profondeur des noirs ébène et des gris brumeux s’unit au vert bouteille, au turquoise, au pourpre et au bleu pétrole. Layering d’étoffes précieuses, allure nomade quatre étoiles. Le photographe Morgan O’Donovan capture la présentation Haider Ackermann Printemps-été 2015 Homme, ultra exclusive à l’hôtel particulier de Vigny.

Par défaut

Le violet est une couleur royale qui représente le mystère, le romantisme, l’idéalisme, la protection, la pureté, la paix et le luxe. S’il est foncé, il donne une impression de chaleur et s’il est clair, il donne, au contraire, une sensation de fraîcheur. Le violet foncé représente l’audace, l’assurance, la forte personnalité et l’originalité, il absorbe la lumière contrairement au violet clair qui reflète la lumière et donne de la clarté. En décoration, si les murs d’une pièce sont peints en violet foncé, cela donnera une sensation de rapprochement comme si la pièce était plus petite alors que s’ils sont peints en violet clair, cela donnera une impression que la pièce est plus grande. Il se marie parfaitement avec les tons neutres : blanc, crème, mais également avec le jaune sa couleur complémentaire qui le met en valeur. Il se marie également avec les couleurs froides comme le bleu qu’il soit clair ou foncé et avec le vert. Du côté des couleurs chaudes, on peut l’accompagner facilement avec le rose, le rouge, le prune et le bordeaux foncé. Accompagné de couleurs neutres, il donne une impression de luxe.

Le violet

Clichés/tendances

Le violet : une couleur royale

Image
Clichés/décoration

Entrée en matière


Loin des règles strictes d’un style dicté par une époque, il faut devenir libre de faire ce que bon nous semble et se livrer à toutes sortes d’expériences en mélangeant des matières extravagantes, des papiers peints audacieux, des effets originaux et des accessoires insolites. La tendance est à la mise en scène. Il faut de l’assurance et du savoir-faire pour transformer un espace en théâtre personnel. Pour alimenter ses goûts éclectiques, il faut surtout éviter de vivre dans le désordre. Les motifs se mélangent mais la palette de tons est soigneusement choisie et surtout il ne faut pas hésiter à éliminer certains objets afin de créer un ordre très personnel.

Par défaut
Clichés/design

Une histoire bien ciselée


Depuis sa création en 1910, cinq générations d’orfèvres ont forgé l’identité de l’atelier Richard orfèvre. Edmond Ricard crée l’atelier et oriente son activité vers la fabrication de couverts en argent massif. En 1932 sa fille épouse Marcel Richard et fonde les établissements d’orfèvrerie. En 1952, leur fils Jacques Richard donne une nouvelle impulsion aux ateliers en développant la production d’orfèvrerie de naissance et de commandes spéciales. DE 1970 à 1980 la maison intègre la restauration d’orfèvrerie ancienne. En 1994, Francis Régala reprend la société et perpétue le savoir-faire. En 2011, Richard orfèvre fête ses 100 ans et dévoile une collection exclusive signée par Serge Bensimon, Ruth Gurvich, les 5.5 Designers, Franck Sorbier et Non Sans Raison. Jean Pierre Cottet-Dubreuil prend la tête de l’orfèvrerie en 2012 et fait appel à la jeune garde du design et de la création. Passionné, il s’appuie sur les mêmes techniques pour fabriquer à la main des pièces rares, issues d’un savoir-faire « haute-couture ». Jean Pierre s’associe à l’architecte Grégory Monier pour repenser l’espace situé dans une discrète arrière-cour du 3e arrondissement de Paris. Grégory retravaille l’espace, une haute porte vitrée invite à entrer, l’atmosphère est sereine, les coloris sont clairs, un parquet en pointe de Hongrie fait écho aux boiseries anciennes, une ouverture sur l’atelier permet d’entrevoir les artisans de la maison au travail. Richard-orfèvre, c’est un savoir-faire forgé à la fois dans son présent et dans son avenir.

Par défaut

Théatre São Luis photo Gilles Dallière
Photo/Gilles Dallière Brésil 2002
La ville s’était mise à sentir le moisi, tout exprès pour nous. Nous avions changé de monde, à São Luis do Maranhão tout est couleur. Même la saleté, la poussière, le dérisoire ont changé de registre. Ici tout est devenu si dense, si plein, et si lent, si incompréhensiblement lent. Et comme il est violent pour nous d’accéder à cette lenteur-là, et d’y survivre plus de deux jours. Le soir la ville moite, vibre de gens qui traversent en tous sens, de lumières, de couleurs, et enfin de musique. Entre ces murs gras, il y a des traces et parfois il en naît quelque chose de beau et de porteur d’un autre sens que le sens premier. Peut-être enfin est-il temps d’accrocher à cette relique, ces vieux murs du quartier historique de São Luis, l’énorme faix que ce climat tropical nous a laissé sur le cœur, et qu’il soit possible que cette ville passe à autre chose, classée au programme du patrimoine mondial par l’Unesco ?
Peut-être…

Clichés/photos, Clichés/voyage

L’usure du monde

Image