Less is more

Saint Martin, Nice, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Une fenêtre sur rien. Le néant. Non, une fenêtre sur la vérité constructive, la recherche du vrai, la volonté de ne rien cacher. Une démarche éthique qui sous-tend la pratique minimaliste. Une forme simple et harmonieuse qui fait référence aux ruines romaines en tant qu’idéalistes éternels. C’est construit, c’est simple, c’est limpide, rien ne dépasse, ça cache une église baroque, l’église Saint-Martin-Saint-Augustin, remaniée en 1683. C’est là que Garibaldi fut baptisé. C’est là que Martin Luther, alors moine Augustin de passage dans la ville, y célébra une messe. Less is more.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/voyage

Less is more

Image

Le passage

Passage, Nice, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Oublions la plage, laissons papi et mamie à leurs querelles d’amoureux. Les œufs sont cuits depuis longtemps …Face à moi Nice l’italienne est partout. Il suffit de regarder les façades, de courir les ruelles, de se perdre dans le dédale des venelles pour se rendre compte que l’Italie n’a jamais cessé d’y être présente. Entre le quai des États Unis et le Cours Saleya, les colonnes néoclassiques rappellent les galeries turinoises. J’aime la scénographie de cet espace, il sait tout du cœur des niçois.

Clichés/voyage, Clichés/photos, Clichés/Inspiration

Le passage

Image

Au taquet

Au Taquet 2, Nice, gildalliere, 2018-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière

Elle n’en peut plus Mamie de faire cuire des œufs durs tous les matins à son petit mari. Elle en peut plus d’Aretha Franklin en boucle, elle préfère écouter Michel Torr. Du coup, Elle a envie de changer d’air, de se mettre topless avec ses copines. Elle a le vague à l’âme et elle déraille. C’est vrai que son pauvre homme a l’air emballé sous vide, complètement à côté de sa vie… Les galets de la plage respirent. Ils deviennent comme une page vierge que mes pas remplissent d’une écriture caustique, le vent l’effacera vite.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Au taquet

Image

Les pieds dans l’eau

Au taquet, Nice, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

La légende raconte que Vénus se serait assise là, nue…mais ce matin, à 7h30, face à cette vaste étendue d’eau tendant vers l’infini, papi a pris sa place sur le gravier de la mer. En attendant bobonne, les pieds dans l’eau et les écouteurs vissés aux oreilles, il écoute la reine du soul qui vient de tirer sa révérence. Icône intemporelle, à l’énergie, à la puissance vocale et au talent inégalable. “What you want baby, I got it. What you need, do you know I got it”… R.I.P.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Les pieds dans l’eau

Image

Les bleus prennent la pose

Sea side, les ponchettes, gildalliere, 2016
Photo/Gilles Dallière

Il est midi au son du canon, la lumière tranche le quai des Ponchettes et je m’aimante au paysage. On dit toujours que Nice est une ville de vieux. Je suis persuadé du contraire. Nice se dérobe aux a priori. Dans la splendeur de ses vieux murs aux ocres brûlés par le soleil, la ville est lumineuse, colorée, joyeuse. Les bleus prennent la pose tandis que l’air soulève le gris des galets et derrière les murs maçonnés, les rouges sont vifs, les jaunes éclatants, tous liés au sentiment d’épanouissement. Tout n’est pas réussi mais tout à de la gueule et du style.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Les bleus prennent la pose

Image

Détails fantaisistes

Strates, promenade des Anglais, gildalliere, 2016-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière

Je ne parviens pas à me soustraire au plaisir de voir craquer les vielles maisons de la Promenade des Anglais. Dans ce cliché, la netteté du ciel bleu accentue les mille et un détails fantaisistes de ces strates. Observer les rues remplies de figures à demi vêtues est un vrai bonheur. Je cours dans tous les sens, tantôt Cours Saleya, du côté du marché à l’air libre, tantôt je fais un tour dans le vieux Nice pour jouir du spectacle. Je suis pris d’une euphorie contrastant avec la situation du moment et ce soir, avec ma vieille maman qui n’a plus rien à espérer de la vie, nous iront voir tirer le feu d’artifice sur le quai des Ponchettes.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Détails fantaisistes

Image

Un été en Grèce

Paleopoli, oliviers, cythère, gildalliere, 2018-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière

Le voyage se termine ici, au large du Péloponnèse, sous la courbe des oliviers et la blondeur des champs bénis. Une brassée d’images, de sensations. Je m’y suis retrouvé. J’y ai découvert les charmes, les tristesses, les gaités, les amitiés et les allégresses d’une existence en marge du monde. Hélène, dans le vent et la lumière de cette géographie offerte, a bien été ravie par Pâris. C’est ça la Grèce, elle abolit les siècles comme elle abolit le présent. La mer est nue et la plage est déserte. L’été bascule, décline, rétrécit ses jours, reprend ce qu’il nous a donné de vie. À bon entendeur, salut.

Clichés/photos, Clichés/voyage

Un été en Grèce

Image