A l’automne des saisons, l’architecture grandit

Fondation Cartier, architecture, gildalliere, 2017
Photo/Gilles Dalliere

C’est l’automne devant la fondation Cartier pour l’art contemporain. Les feuilles rapetissent devant la transparence trompeuse de la façade. Face à ce mur de verre, les arbres dévorent l’architecture, son entrée, ses couloirs, ses escaliers, la chaleur, les froids, les espaces et les non-espaces comme pour s’en débarrasser.

Clichés/architecture, Clichés/photos

A l’automne des saisons, l’architecture grandit

Image

les lignes architecturées

terrasse, Kérylos, gildalliere, 2017-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dalliere

Le jardin suspendu sur la mer bute sur une architecture feinte d’une rare somptuosité. Les lignes rouges, réduites à l’essentiel, dominent le bleu du ciel. Le blanc des murs absorbe la lumière. Tout changement du point d’observation ne peut que déboucher sur la prise de conscience de la valeur relative et éphémère de ce point de vue architectural cohérent et parfait.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

les lignes architecturées

Image

Les lignes

Epure, Kérylos, gildalliere, 2017-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dalliere

Elles courent, elles tirent, elles soulignent les murs maculés de blanc, elles se croisent dans l’azur du ciel sans jamais se rencontrer. Les frises et les palmettes s’amusent de cette rigueur du peu et du fragile. Depuis 100 ans, elles surlignent l’architecture classique, précieuse et sophistiquée de la Villa Kérylos. #Architecture#lines#classical#dream#photography📷#blackandwhite#gildalliere#leicam240#villakérylos🌀☀️

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Les lignes

Image

Architecture éphémère

paris-le-bon-marche-rive-gauche--Modifier.jpg
Photo/Gilles Dalliere

L’incroyable œuvre monumentale d’Edoardo Tresoldi. Une coupole en grillage aérien qui se frotte aux verrières du bâtiment germanopratin du Bon Marché

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/tendances

Architecture éphémère

Image

Une place au paradis

le soleil levant, cimetière, Nice, gildalliere, 2017-Modifier.jpeg
Photo/Gilles Dalliere

J’aime les cimetières parce que l’on finit toujours par mourir… J’aime ce silence pétrifié… J’aime ces architectures de la nostalgie que nous cherchons à couvrir de fleurs et que parfois nous couvrons de statues faites par des sculpteurs pour accompagner nos rêves dans le vide… Dans celui-ci, l’art funéraire est remarquable. C’est un musée à ciel ouvert. Sur une des urnes, à l’entrée du cimetière j’ai été frappé par cette inscription : « Ils m’ont bien persécuté et pourtant ils ne m’ont pas abattu ». Plus loin, une autre « renferme du savon à la graisse humaine fabriqué par les allemands du IIIe Reich avec les corps de nos frères déportés ». Le temps passe mais il n’efface ni la douleur ni le souvenir. À Nice, J’aimerais que toute la tristesse du monde se dissipe mieux dans les vents du cimetière de la colline du château.

Clichés/architecture, Clichés/photos

Une place au paradis

Image

Masséna

Famille Murat, Nice, gildalliere, 2016-Modifier.jpg

Photo/Gilles Dalliere

Le très académique escalier du Palais Masséna. Sur la toile marouflée de François Flameng le maréchal est représenté statufié entre deux colonnes entouré du prince de la Moskova, du duc d’Elchingen, de la princesse d’Essling et de son père, du duc de Rivoli, de la duchesse d’Albufera, des princes et princesses Murat, de Madame d’Attainville et d’Eugénie Bonaparte, princesse de la Moskova. L’habileté de coloriste de Flameng, sa maîtrise dans le rendu des tissus et sa capacité à imiter les maîtres du XVIIIe siècle comme Nattier affirmèrent sa notoriété de portraitiste au point même de se retrouver emprisonné par ce succès jusqu’à la fin de ces jours.

 

 

Clichés/architecture, Clichés/interiors

Masséna

Image

Rive gauche, rive droite.

CASSINA RIVE-DROITE_1

À l’occasion de son 90ème anniversaire Cassina ouvre son deuxième showroom parisien rive droite.
La directrice artistique de la marque, Patricia Urquiola, cloisonne l’espace de 230m2 par la couleur et grâce à des éléments contemporains comme des plaques de verre et des cloisons en aluminium. De part et d’autre d’un axe en terrazzo, les produits emblématiques de la marque sont revisités. Le bleu, l’orange, le rouge, le noir, soulignent des mises en scène accueillantes, séparées par des écrans graphiques en aluminium anodisé créant des perspectives variées au gré de l’éclairage. Une philosophie qui lui permet de s’accaparer l’espace avec générosité tout en développant des capacités de réflexion autour d’un design créatif. Un lieu de vente, oui, mais un regard inspiré qui casse nos codes de perception pour mieux s’ouvrir à une nouvelle créativité imaginative.

Cassina Rive-Droite
129 rue de Turenne 75003 Paris
cassina.com

Céramique, Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design

Rive gauche, rive droite.

Image