Rive gauche, rive droite.

CASSINA RIVE-DROITE_1

À l’occasion de son 90ème anniversaire Cassina ouvre son deuxième showroom parisien rive droite.
La directrice artistique de la marque, Patricia Urquiola, cloisonne l’espace de 230m2 par la couleur et grâce à des éléments contemporains comme des plaques de verre et des cloisons en aluminium. De part et d’autre d’un axe en terrazzo, les produits emblématiques de la marque sont revisités. Le bleu, l’orange, le rouge, le noir, soulignent des mises en scène accueillantes, séparées par des écrans graphiques en aluminium anodisé créant des perspectives variées au gré de l’éclairage. Une philosophie qui lui permet de s’accaparer l’espace avec générosité tout en développant des capacités de réflexion autour d’un design créatif. Un lieu de vente, oui, mais un regard inspiré qui casse nos codes de perception pour mieux s’ouvrir à une nouvelle créativité imaginative.

Cassina Rive-Droite
129 rue de Turenne 75003 Paris
cassina.com

Céramique, Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design

Rive gauche, rive droite.

Image

Matières d’exceptions.


Photos/Jean-Marc Palisse/stylisme/Aurélie Des Robert

Qui se doutait que les créations Métaphores s’installeraient au château de Groussay le temps d’y mettre en scène la collection 2017. Certainement pas Charles de Beistegui. Toutes ces étoffes rigoureusement cernées d’un trait maîtrisé parfois poudré et irisé, paré de somptueuses chatoyances ont une fonction bien précises, installées qu’elles sont dans cet écrin construit en 1815 pour la duchesse de Charost. L’audacieuse Métaphores, l’intemporelle Verel de Belval et l’épurée Le Crin se mettent en représentation ce qui redonne à voir les profondeurs d’une collection qui est l’écho de notre temps. Ce qui est beau dans ces images c’est la force déchaînée des motifs, la violence engendrée par l’affrontement des couleurs, la relation au décor qui nous abuse. Affranchi de l’espace perspectif, le regard se perd à déchiffrer la matière qui s’offre là au premier abord, comme une énigme colorée.

http://www.creations-metaphores.com
http://www.chateaudegroussay.com

Clichés/décoration, Clichés/tendances

Matières d’exceptions.

Image

Coup de gueule


Photo/Francis Amiand/stylisme/Gilles Dalliere

Dans le monde de la décoration, le stylisme est un métier créatif. C’est l’autre regard.
C’est l’œil qui fait qu’un reportage ne ressemble pas à un autre.
L’œil qui cadre l’instant donné.
L’œil qui fait prendre la pose à des situations et à des objets pour transmettre une certaine image, résultat d’un dialogue, d’une collaboration ou même d’une connivence avec un décorateur et un photographe. Rien d’une photo surprise par ce qu’elle est mise en scène. Pas celle des mots écrits mais celle du beau, de l’essentiel qui transparaît dans ce travail créatif. Par une étrange osmose, elle pénètre l’image et la photographie devient un portrait du styliste autant que du photographe.
Il est difficile de trouver quelque chose de ce sentiment dans les images posées des livres et des magazines, qu’elles soient préparées dans des studios ou bien tirées dans des décors naturels.
Ces instants donnés sont le fruit d’un métier.
Quand un regard fait la différence, ne devrait-il pas être reconnu au même titre que celui d’un photographe.

image.html.png

Marc Hertrich Nicolas Adnet : Des univers Inspirés
Direction artistique : Brigitte Fitoussi
Éditions Fonds de France

Clichés/décoration, Clichés/livres, Clichés/photos

Coup de gueule

Image
Céramique, Clichés/décoration, Clichés/tendances

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Contre le vacarme incessant des mots de nos politiciens et les poisons sociaux qui vont ralentir cette nouvelle année, le silence d’Elizabeth Leriche s’est imposé à une époque survoltée. L’art de vivre et le style s’offrent une cure de sérénité. La beauté se déleste des artifices de l’ornement inutile et se consacre à la recherche de l’essentiel. Je vous livre ici l’idée d’une simplicité qui m’a fait du bien à l’âme. 

À contre-jour, Twill de soie et coton, Dedar. Table Terzo, détail céramique émaillée Christiane Perrochon et érable, Bruno Moinard Éditions. , Assiettes, nappe en chanvre, Serviette en lin, Society. Revêtement mural, Océania, Élitis. Tapis collection Blur, Bokeh II, en soie, Tai Ping. Suspension, Ontwerpduo, SeraxEat Sweet, Yamaka. Service de table Giro, Ben Van Berkel/UNStudio, Alessi.


Where are we going, installation de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche. Livre, Tham Ma Da, The Adventurous Interiors of  Paola Navone by Spencer Bailey, edition Suzanne Slesin, Pointed Leaf PressCairn, Guillaume Delvigne, Tools Galerie. Tissu, Mrs Robinson,rubelliveneziaOlympia, Doriana et Massimiliano Fuksas, Nemo. Tapis, collection Paralleli, Dimorestudio, GolranCollection Five Circles, Muller Van Severen, Valerie ObjectsNatecru, Pierre Frey. vase Twin havane et jaune, Vanessa Mitrani, Roche Bobois. Tissu et papier peint Fuochi, Livio De Simone.


Miroirs Luminarie de Marcantonio Raimondi Malerba, Seletti. Plats, Canova Constance Guisset, Moustache. Tapis Lake fait au Népal, Amini. Canapé Avio avec table basse intégrée, Piero Lissoni, KnollHiggs,suspension avec LED. de Piero Castiglioni, Promemoria. Tissus Manhattan, Savaii, Hudson, Sahco Hesslein. Vases en céramique de Giorgio Ricciardi Laboratorio Castello. Banquette X-Ray, Alain Gilles, La Chance. Etagère Hutch de Chiara Andreatti, Atipico. Assiette Reflets, Maguelone Marin, Jars.


Miroir Dorian Grey, Formagenda. Détail pied bureau, Matthieu Bourgeaux Tiptoe. Console Shine, Meridiani. Suspensions Gambi, Eno StudioTube, tapis, Joe Colombo, Cappellini. Panneaux Prism Partition de Tokujin Yoshioka, Glas Italia. Tables Sunrise et Sunset, DeCastelli. fauteuil Bluemoon, Patrick Jouin, Coédition. Papier peint Rete, Livio De Simone.

Par défaut

Du basque, mais sur-mesure.IMG_1715

Je me souviens de ce rond brun incrusté au fil du temps entre deux fleurs orangées. Il est le cercle jauni de la petite émaillée, sortie du feu. Il est la règle fate de cette toile cirée, nappe briquée, des années 1950, collée au décor d’une cuisine familiale. Et puis oui, elle est partie, en toute hâte, comme « un pet sur une toile cirée ». Aujourd’hui elle revient. Le café tire sa langue au jour sur un fort esprit déco : la toile enduite du pays basque, Jean-Vier. Anti tâche, anti choc, et imperméable, On y passe toujours l’éponge. Pour 40€ le mètre elle ose des couleurs lumineuses. À ce prix là, les mal éveillés qui remuent la cuillère de leur café peuvent changer les rayures au gré de leurs envies.

http://www.jean-vier.com

Clichés/décoration

Du basque, mais sur-mesure.

Image

CARNETS D’ARTISTE

 


Photos/Mélanie & Ramon

Nous avons découvert le service de porcelaine Carnets d’Équateur d’Hermès au milieu d’un raffinement tropical, avec ce que cela suppose de choix métaphysique pour revenir à une vie plus simple, celle de Robert Dallet et son œuvre achevée. Vivre dans cette nature l’espace d’un instant entouré de ces animaux, ces lianes, ces feuilles, a ranimé mon sens du plaisir qui s’était érodé à Maison & Objet. Ici, sur trois niveaux, elle se réinvente. Jaguar, lion, tigre, éléphant, toucan mais aussi mazama, sapajou, lagotriche, sont à portée de main, intimement liés à l’harmonie d’une composition noyée de céladon. Hermès rend hommage au talent d’un dessinateur, à son inventaire unique, l’acuité d’un regard et la justesse d’un trait étonnants de vérité. Le paradis sur terre.

http://www.hermes .com

Clichés/décoration

Carnets d’artiste

Image

Au-dessus de la mêlée

FullSizeRender-121

Ils vous parlent tous de la tendance « marbre » chez Habitat mais pour moi le processus de fabrication de la vaisselle Esbo est un mélange constitué de deux argiles, donc de terres mêlées. L’argile passe du blanc au noir et chaque pièce est unique. La particularité de cette collection réside dans l’émail transparent qui permet de mettre en valeur les différentes couleurs mates à l’extérieur quand la descente et le plat sont brillants. Le mélange des terres ne se situe pas seulement en surface mais dans l’intégralité des pièces au sein même de la patte. La force d’Habitat, c’est le prix : 11€ l’assiette plate, 9,50€ l’assiette à dessert, 24€ le saladier, 7,90€ le mug et 8,50€ la tasse et sa soucoupe. Rapport qualité prix réussi.

http://www.habitat.fr

Clichés/décoration

Au-dessus de la mêlée

Image