Le chant des couleurs

hermes-la-permanente-milan-design-week-designboom-01

 Il faut rendre hommage à l’architecte Charlotte Macaux Perelman et à Alexis Fabry. Il ne faut pas oublier le scénographe Hervé Sauvage pour l’extraordinaire mise en scène du monde d’Hermès à Milan. Sept blocs monochromes où les pans de murs se croisent pour donner naissance à des équilibres de présentation rigoureux. Les rapports chromatiques reposent sur une gamme de coloris vivement contrastés. Les murs, savamment habillés de zelliges, font danser la géométrie de leurs formes par la couleur. Les lignes verticales plongent dans les horizontales, une vision abstraite ou la lumière crée des diffractions étudiées. L’âme des formes, le chant des couleurs, la transparence de la matière, sont sous contrôle pour mieux ordonner et classer les collections exposées devant des rouleaux de papier dessinés à la main. Une promenade de rêve dans la ville.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions

Le chant des couleurs

Image

Open Sky

cos-phillip-k-smith-open-sky-milan-design-week
Photo/Gilles Dallière

Il ne faut pas rater l’installation de la marque COS qui fait appel à l’artiste américain Phillip K. Smith III pour imaginer un éventail de miroirs monumental au cœur même de la cour du Palazzo Isimbardi. Les grandes lignes pures d’Open Sky, débordent de mouvement, elles reflètent et fragmentent tous les jeux de l’architecture historique de ce palais italien du XVIe siècle. Plus on s’en approche et plus le bleu du ciel de Milan agresse le soleil qui paraît ne plus être à la hauteur de ses multiples réflexions. À nous de zoomer dans l’abstraction des jeux de lignes et des nuages qui s’y reflètent, balayés par le vent.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/photos

Open Sky

Image

Cadrage

Rue Jean Goujon, Paris, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dalliere

À Paris, rue Jean Goujon, j’ai trouvé que cette porte, cette vitrine, ce regard, étaient vraiment dessinés pour durer éternellement. J’ai figé l’arrondi avec l’œil de verre de mon appareil-photo. Un œil fixe comme un œil artificiel. J’ai figé l’image comme pour en faire une carte postale et je m’aperçois que je n’ai même pas un timbre sur moi à coller dessus pour l’expédier quelque part.

Clichés/adresses, Clichés/photos

Cadrage

Image