Clichés/design

Du bronze à l’âge de pierre

small table_MEDITERRANEE_05

C’est presque une exclusivité puisque cette série « Méditerranée » sera exposée au salon du meuble à Milan du 14 au 19 avril prochain. La base en bronze de ce petit guéridon supporte tout le poids d’un marbre dont les veines s’enroulent autour de son piètement, version épurée. Tout en discrétion, le travail d’Olivier Gagnère associé au savoir faire de Promemoria ne joue pas les coups d’éclat. Il n’y a plus d’effets de style, fini les anneaux, ici le vrai luxe est une affaire de composition. Le minutieux dosage d’effets du noir Marquinia, du vert Guatemala, du brun Medicea ou du blanc de Carrare en font ressortir toute la modernité. Le marbre a bien sûre cette qualité fictionnelle, ni souple, ni chaud, mais plus riche de possibilités sensibles.
http://www.promemoria.com

Par défaut
Clichés/expositions

Les couleurs de l’abstraction

Près d’un demi-siècle s’est écoulé depuis la rétrospective consacrée à Sonia Delaunay au Musée national d’art moderne en 1967. Il ne vous reste plus que trois jours pour voir une exposition exceptionnelle inspirée par la puissance évocatrice de l’abstraction ouverte à tous les espaces de création. Un choix délibéré qui, de 1885 à 1979 aboutit à un langage expressif où les couleurs s’animent dans les domaines de la peinture, de la mode, de l’architecture et du design. Cet après-midi, les tissus imitaient l’effet de la mine de plomb frottée sur le papier et ses arrangements géométriques acquéraient l’opacité et la matité de la peinture à l’eau. Non, Sonia n’est pas que la femme de Robert Delaunay, mais bel et bien le symbole d’une liberté épanouie.

http://www.mam.paris.fr

Par défaut
Clichés/décoration

«C’est Second Empire, Madame»

La collection « Jardin d’Hiver » de Braquenié nous fait voyager au second Empire (1852 à 1870). Et c’est bien cette époque là qui fait le succès de cette maison d’édition. C’est l’éclectisme qui caractérise le style Napoléon III. Un style décoratif souvent décrié pour sa surcharge décorative. Il est bien vrai qu’on mélange tout : la Renaissance, le Louis XIV, le Louis XV, Le style Louis XVI est même baptisé « Louis XVI impératrice ». Le « Chippendale » anglais et la chine de fantaisie s’en mêlent aussi. Un «Charivari » de Jacquards, de broderies, de Damas et de velours s’invente des histoires « d’indiscrets » et de « confidents » et ça marche !
je jure que la luxuriance est de mise aujourd’hui car la tendance absolue, c’est d’oser les alliances même à la limite du bon goût.

http://www.pierrefrey.com

Par défaut
Clichés/design

En verre et contre tout


Photos/Iitalia

Qui n’a pas un vase de la célèbre collection d’Alvar Aalto pour Iitalia ?
Créé en 1936, le voilà détrôné par Ronan et Erwann Bouroulec. La marque finlandaise présentait à Maison & Objet « Ruutu », une collection en verre soufflé née de la collaboration entre Iitalia et les frères Bouroulec. Dix vases disponibles en cinq tailles et sept couleurs. Délicate, c’est la superposition des transparences qui en fait un véritable atout décoratif. Entre 99 et 289 € chaque vase demande le travail de sept artisans verriers pendant 24 heures. A nous d’avoir le génie de composer cette précieuse palette de couleurs pastel et là les fleurs n’auront pas le dernier mot.

https://www.iittala.com

Par défaut
Clichés/adresses

Et de deux !

Après avoir ouvert son magasin rue des Vinaigriers dans le 10e arrondissement à Paris, l’éditeur indépendant et designer Houssam Kannan s’installe aux Batignolles. Une boutique très lumineuse met en valeur ses productions très inspirées des années 50. Fabriqués dans les ateliers familiaux à Beit Chabab au Liban, les enfilades en bois recyclé, les canapés et les fauteuils recouverts de laines sourdes, les tables gigognes pop-art, les bibliothèques modulables, s’inscrivent dans le courant novateur de l’ameublement artisanal. De quoi se meubler entièrement à des prix très abordables avec une garantie de qualité irréprochable.

1-kann_drp_boutique_batignolles_bd

Kann Design, 8, rue des Moines, 75017, Paris.
http://www.kanndesign.com.

Par défaut

INAHO

Non, « Inaho » n’est pas une lampe d’intérieur, c’est un rêve lumineux inspiré par des tiges de riz se balançant au gré du vent dans les rizières asiatiques… Une œuvre d’art quoi !
Hideki Yoshimoto et Yoshinaka Ono, du studio Tangent, sont les inventeurs de ce concept qui unit la plus haute technologie à une approche naturelle, celle du mouvement de l’air. Grâce au socle constitué d’un micro-contrôleur, les diodes électroluminescentes fermées dans une feuille dorée, perforée, se balancent au bout d’une tige de carbone flexible comme les oreilles de riz (inaho en japonais). La lumière s’éteint délicatement en fonction du passage des gens, une interconnexion sur la relation de l’homme à l’objet, véritable coup de foudre de la Gallery S. Bensimon au charme innovant du design japonais !
Et que la rigueur de la saison ne condamne pas la folie poétique de ces tiges pleines de sève généreuse, il faut toujours qu’il y ait devant nous une perfection. Le rêve qui flotte ici, en lignes indécises, a le coût qu’il mérite.

http://www.gallerybensimon.com

Clichés/design

Épis d’or

Image
Clichés/design

L’échappée belle…


© 2015 LE DÉAN PRIEUR. TOUS DROITS RÉSERVÉS LE DÉAN PRIEUR.

Christelle Le Déan et Stéphane Prieur imaginent des objets, des meubles, du textile pour la maison, riches de fantaisie.
Une échappée belle qui met en jeu le sens d’un savoir faire artisanal et régional. Le Déan Prieur c’est une rencontre d’exception entre le design et la main autour d’un produit unique qui place la marque de fabrique au premier plan. La directrice de la Maison M, Caroline Tossan-Covillard expose jusqu’au 28 février : le lit à baldaquin « Etxe » en noyer français et cuir pleine fleur aniline. Le patch du drap de laine des coussins, brodé au point de chaînette est une déclaration de perfection. Le cabinet « Module » rend hommage aux meubles d’entomologistes, les éléments de verre et de marbre en font un meuble parfaitement évolutif. Le paillage du fauteuil « Manech » est entièrement réalisé à la main. L’assise en cuir pleine fleur d’« Ozeano » prend le large d’Espelette. La veine impulsive du marbre de la table « Striato » répond à la matité du piétement directoire. « Quaker » cligne de l’œil à l’esprit pionnier américain quand « Gascogne » se revendique française. Le noir de la table basse « Lagune » peut suffire à faire naître des envies de départ.
Une réponse évidente au monde industriel qui n’a pas la tête dans les étoiles.

Maison M, 25 rue de Bourgogne, 75007 Paris
http://www.maisonmparis.com/
http://www.ledeanprieur.com

Ils sont les partenaires privilégiés de Le Déan Prieur et travaillent dans les Landes, en Basse-Navarre ou en pays Bigouden.

http://www.chaiserielandaise.com
http://www.labarere.com
http://www.gurea-meuble.com
http://www.litnational.com
http://www.leminor.com

Par défaut