Clichés/décoration

Artēl : l’élégance joyeuse du cristal de Bohême

Le cristal de Bohême est fabriqué en République Tchèque. Depuis plus de 600 ans les artisans de cette région sont, à juste titre, considérés comme étant les maîtres du verre et du cristal taillés. A Prague tous les produits Artēl sont soufflés et gravés à la main. Du souffleur aux graveurs en passant par les maîtres verriers, chaque pièce est conçue individuellement et passe entre les mains de différentes personnes en cours de création. Le souffleur travaille le verre en variant légèrement à chaque fois qu’il le souffle et le graveur réalise une taille, de manière imperceptible, toujours différente. En réalité, l’une des manières les plus simples de reconnaitre si un verre est fait main est de peser deux pièces d’une même série. Si le poids est identique, cela signifie qu’ils ont été fabriqués en grande quantité à l’aide de moules pour le verre. Une réalisation faite à la main ne peut jamais être aussi précise.
http://www.artelglass.com

Par défaut
Clichés/décoration

Paola Navone : un monde sans frontière

Paola_Navone_by_Giovanni_Gastel mail
Photos/Beppe Brancato/Styliste/Elena Caponi

Scénographe de génie, l’architecte et designer Paola Navone imagine avec l’équipe de création de Rubelli la nouvelle collection de la marque Dominique Kieffer. On sait bien que cette boulimique de déco transforme tout ce qu’elle touche avec une fantaisie et une légèreté sans frontière. Ici, elle s’imprègne de l’intemporalité de la marque sans perdre sa propre identité, celle d’une éternelle voyageuse. Elle nous sort une collection de lins chenillés, de tweeds colorés, de velours tressés, de cotons matelassés, d’imperfections volontaires jusqu’au provocant motif camouflage qui bouscule cette très sage maison d’édition. Une douzaine de références inspirées par le charme et l’anarchie.


http://www.dkieffer.com
http://www.rubelli.com
http://www.paolanavone.it

Par défaut

Côme Gilles Dallière

Photo/Gilles Dallière, Lac de Côme 2014

On a l’impression que l’extrémité du lac de Côme du côté de Bellagio est fermée par une enceinte de falaises menaçantes, dont l’aspect vient augmenter encore l’effroi de ces solitudes. Le mat d’un bateau abandonné sur la grève,  une bouée, témoignent seuls que des hommes aventureux ou égarés de leur route sont arrivés jusque-là. La mouette y passe en criant sans chercher une proie. Je marche étonné, me retourne et m’arrête à quelque distance du couvent, comme si je voulais m’assurer de la profondeur du silence. Deux de ces montagnes, remarquables par leur prodigieuse élévation, par la bizarrerie des saillies qu’elles dessinent sur le ciel, par les couleurs vivement tranchées de la rare végétation qui jaillit de leurs crevasses ou couronne leurs sommets, terminent de l’une et de l’autre part ce groupe isolé de la chaîne des Alpes. Quand une noire vapeur se roule comme un voile funèbre à la pointe des pics fracassés, il n’est pas malaisé de distinguer le fantôme appuyé sur un vieux pin à la cime de ses montagnes, et livrant avec joie à la tempête son panache aérien et son plaid de nuages.

Clichés/photos

L’homme du lac

Image
Clichés/Inspiration

Une collection chromatique très inspirée

La famille Mercadier s’agrandit avec cette gamme de teintes inédites. 120 teintes originales inspirées par les tendances de demain. Les couleurs du silence, de l’énergie, de la splendeur et de l’extrême : inspirantes.

« Le silence » revient à l’essentiel, calmes et enveloppantes les couleurs poudrées vous font bannir le superflu. On assiste à l’émergence d’une recherche, forcément élitiste, pour tout ce qui est unique, singulier et secret.

« L’énergie » gagne en tonicité, les teintes sont fruitées et vitaminées, leurs associations sont énergisantes. Un besoin vital de couleur et d’espace employées en larges surfaces sur les murs.

« Splendeur » vous transporte vers des fastes de l’ailleurs. La gamme est riche, profonde, dense, presque exotique. Maquillée de fantaisie elle abolie les frontières de l’artificiel.

« Extrême » célèbre la nature sauvage. Les teintes sourdes, complexes et changeantes, offrent un singulier contraste à une maison inspirée pour le plaisir de métamorphoser les choses les plus banales et les plus quotidiennes.

http://www.mercadier.fr

Par défaut
Clichés/design

Olivier Gagnère : un homme d’expérience

10__gagne__re_maeght____copie_jpg_7426_north_700x_white

La Galerie Maeght met à l’honneur le designer français Olivier Gagnère avec une série inédite de céramiques, vases et coupes, réalisés dans les ateliers Parigi à Sesto Fiorentino, en Italie. Olivier n’a jamais été un homme ordinaire, il a toujours pris le risque d’exposer ses idées, de trouver des solutions originales, de créer des volumes en cassant les géométries. Son message majeur : une relecture audacieuse et sculpturale des grands classiques, le vase et la coupe. L’élégance subtile de ces objets, conçus pour sublimer le quotidien, procède de l’efficacité mêlée à la précision du dessin au trait et à ce qui reste d’insaisissable quand il s’agit de feu et de terre. Olivier Gagnère a conçu ici un ensemble remarquablement vivant, joyeux, composé de pièces aussi pures que complexes. La question n’est pas « Est-ce que je fais ce que j’aime ? », mais « Est-ce que j’aime ce que je fais ? ».

Olivier_Gagn_re_d7dfc2_c

Adresse : 42 rue du Bac, 75007 Paris
Horaires d’ouverture :
mardi au samedi 9h30 / 19h, lundi 10h / 18h
http://www.maeght.com
http://www.gagnere.net

Par défaut
Céramique, Clichés/adresses

Une nouvelle adresse au coeur du design Rive-Gauche

Sarah Lavoine a choisi la Rive Gauche pour installer sa seconde adresse. L’espace est noir, élégant et rappelle l’univers singulier de la créatrice.
En collaboration avec le céramiste Jars elle crée « Sicilia », le « Blue Vintage » et le « Baby Pink » se marient à de nouvelles nuances comme le vert « Pousse de Tilleul », le rouge « Terracotta » et le jaune « Tournesol. Le noir et le blanc sont rehaussés par les finitions de la céramique, à la fois mates et brillantes.
Sarah aime se mélanger, s’enrichir. Sans occulter l’identité, l’histoire, la culture, le savoir-faire et même les clichés, elle expérimente les matières. Ici chaque élément apporté se distingue et les combinaisons décoratives sont étonnamment fluides. Elle y dévoile sa sélection déco, ses nouveautés : art de la table, mobilier et accessoires se mêlent à certaines pièces d’exception.

Sarah Lavoine
9, rue saint Roch – 75001 Paris
28, rue du Bac – 75007 Paris
http://www.sarahlavoine.com

Par défaut

Hôtel Salé
Photo/Gilles Dallière/Paris/2014

Après cinq ans de travaux et plusieurs mois de crise,le musée Picasso accueille ses premiers visiteurs le 25 octobre. Cette date n’a pas été choisie au hasard, pour Picasso, c’est essentiel puisque c’est sa naissance (25 octobre 1881), et coup de chance, la Monnaie de Paris et la Fondation Louis Vuitton ouvrent la même semaine.
Le musée possède 5.000 oeuvres de l’artiste dont 300 peintures et 300 sculptures. Il vient encore de s’enrichir du don de Maya Picasso : un dessin recto-verso, avec un portrait de Guillaume Apollinaire, et un carnet de croquis de nus. De l’hôtel Salé de Pierre Aubert de Fontenay (1656) à Pablo Picasso (2014), il reste le grand escalier qui vient d’être entièrement restauré. Il reprend le système de l’escalier de Michel-Ange à la Bibliothèque Laurentienne à Florence. Deux volées de marches, impériales, surplombées d’un balcon en saillie et d’une galerie multipliant les effets de perspective. Une vraie salle de spectacle pour le peintre espagnol.

Cahier de nue Pablo Picasso

http://www.museepicassoparis.fr

Clichés/adresses

États des lieux

Image