Décrépitude…

Détail, salle de bains de l’hôtel particulier, rue de l’Université, Paris, gildalliere, 2021

Qu’est-ce que la réalité ? 
Ici, dans cet hôtel particulier délabré, c’est cette nudité crasseuse qui flamboie lorsqu’on élimine tout ce qui, aux yeux de la multitude, constitue la triste cohérence du monde où vit cette famille.

Clichés/décoration, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Décrépitude…

Image

Nu N°2…

Quoi de plus stimulant que la représentation du corps humain en marche. Avancer, réfléchir, s’évader, progresser, se dépasser, et tant d’autres raisons à ce travail artistique, spirituel, sportif, ou philosophique ? L’être en mouvement qui allonge le pas en balançant les bras vers le ciel, où va-t-il ? Que voit-il ?

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Nu N°2…

Image

Le temps suspendu…

Ombres portées, rue Darwin, Paris, gildalliere, 2021

Juste avant l’orage, une lumière crue est venue briser la symétrie des ombres portées sur les rideaux du rez-de-chaussée. Les lignes se superposent, parfois s’harmonisent. La lumière est immatérielle et un épais silence semble peser derrière les rideaux fermés évocateurs d’un temps suspendu, d’un temps immobile, en équilibre entre la présence et l’absence.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Le temps suspendu…

Image

Les années troubles…

Détail, Palais Galliera, musée, Chanel, Paris, gildalliere, 2021

Pour honorer l’incontestable icône du chic français, le Palais Galliera s’est refait une beauté. Un tel choix s’imposait puisque la maison Chanel a financé l’agrandissement du musée de la Mode de la Ville de Paris. Une rénovation de fond en comble pour rendre hommage à une robe droite, un cardigan, une marinière, un sac matelassé, une paire d’escarpins bicolores et des tailleurs en veux-tu en voilà. On y ajoute des bijoux fantaisie à porter sur une seule couleur : le noir. D’ailleurs tout est noir, la scénographie, l’histoire, sauf l’espace consacré au parfum ; le cinquième bien-sûr qui ne sent ni la rose ni le jasmin mais dont toutes les femmes du monde entier s’aspergent. « Gabrielle Chanel. Manifeste de mode » est une invitation à découvrir le style et l’élégance.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Les années troubles…

Image

Rêve de luxe…

Dior sur les Champs-Elysées, Paris, gildalliere, 2021

Dans le royaume des rêves, le monde du luxe est une façade en trompe-l’œil. Une fresque poétique de toiles blanches, célébrant le savoir-faire des ateliers de la maison Dior. La marque de luxe allie l’audace, l’excellence et la virtuosité architecturale face à l’orage qui gronde sur les Champs-Élysées.

Céramique, Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Rêve de luxe…

Image

Révolution de palais…

Les escaliers du musée Carnavalet, 2ème étage, Paris, gildalliere, 2021

Au nouveau musée Carnavalet, modernité oblige. En partenariat avec le cabinet norvégien Snøhetta, chargé des rapports contemporains, d’impressionnants escaliers en acier en forme de toboggans font effet d’un seul et unique faisceau reliant les différents espaces d’expositions entre eux. C’est un musée conçu comme un décor, c’est le théâtre de l’histoire de Paris.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Révolution de palais …

Image

Le nu fantasmé…

Quel rapport entretenons nous avec la nudité et l’intimité ?
Conditionné par des enjeux religieux et culturels, la superbe grecque laisse place à une morale judéo-chrétienne plus ambiguë sur le sujet. La représentation d’Hercule relève d’une tradition ancienne, un genre artistique à part entière, alors que la représentation naturaliste le dispute à une vision sensuelle, érotique, fantasmée du corps nu.

Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Le nu fantasmé…

Image

L’histoire de Paris…

L’escalier d’honneur du musée Carnavalet, musée de l’histoire de Paris, gildalliere, 2021

Le nouveau musée Carnavalet relève le défi de raconter l’histoire de Paris sur 3900 m2. Pensé comme un voyage authentique dans le passé et le présent de la capitale, le nouveau parcours construit pour la première fois selon un fil chronologique continu, dévoile sur quatre niveaux ses plus grands trésors historiques, de la préhistoire à nos jours.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

L’histoire de Paris…

Image

Les géométries de lumière…

Les escaliers de la Bourse de Commerce, réflection, Paris, gildalliere, 2021

Dans l’obscurité de la cage d’escalier, à travers les murs de verre, la réflexion des lignes de lumières des frères Bouroullec dessine des horizons de cristal. Elles reflètent le garde-corps de l’escalier comme des chaînes. Elles grimpent sur une vingtaine de mètres comme une colonne vertébrale et brillent comme des éclairs nocturnes. Elles se croisent en laissant derrière elles le passé, en laissant derrière elles le présent ; elles continuent, et se pressent vers le futur.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Les géométries de lumière…

Image

L’art est-il immortel ?

Instalation, Rotonde, Bourse de Commerce, Urs Fischer, cire, pigment, mèches, acier, collection Pinault, Paris, gildalliere, 2021


Dans cette mise en scène de Urs Fischer, une réplique de chaise de bureau, un homme debout et une copie grandeur nature de l’Enlèvement des Sabines de Jean de Bologne (XVIe s), l’art se décompose. La lente déliquescence de la cire exprime avec force la condition putrescible du biologique et dit ici quelque chose de la finitude même des civilisations. Doucement, graduellement, l’homme s’affaisse et s’effondre. Il ne restera à la fin de l’exposition qu’une traînée de cire. Le regard se perd dans la projection des ombres de la coupole, et les œuvres sombrent.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

L’art est-il immortel ?

Image