La Villa des Arts

Villa des arts, Paris, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dalliere

Évidemment, pour ressentir l’espace, la préciosité d’une lumière, la dimension d’une cage d’escalier que l’on doit à Gustave Eiffel, il faut savoir ouvrir les portes d’un monde un peu secret et avide de sensation. Passé le portail en fer forgé, c’est l’histoire du quartier de Montmartre Grandes-Carrières qui s’ouvre à vous, un miracle perpétuel de l’émerveillement face à la réalité la plus ordinaire de la fin du XIXe siècle. Un dédale d’ateliers qui ont vus défiler Léon Bonnat, Benjamin Constant, Eugène Carrière, Auguste Renoir, Louis Marcoussis, Francis Picabia, Marcel Jean. Paul Cézanne y a réalisé le fameux portrait de Vollard. À la Villa des Arts, on ne se laisse pas dominer par son sujet, on le sublime loin du maniérisme raffiné du XVIIIe siècle.

Clichés/architecture, Clichés/photos

La Villa des Arts

Image

« La Torre »

fondazione-prada-torre-milan
Photo/Gilles Dallière

À la Fondation Prada, toute belle et dorée à souhait, il y a une nouvelle tour, toute propre, toute blanche, avec de belles ouvertures qui ne laissent rien voir de l’intérieur. L’architecte Rem Koolhaas, Chris van Duijn et Frederico Pompignoli l’appellent “Torre”. Soixante mètres de poutres en béton s’orientent d’un niveau à l’autre en créant des motifs alternatifs ouverts et fermés sur chaque façade. Cette géométrie irrégulière assure la juste lumière du nord, de l’est et de l’ouest. Elle entre furtivement dans ce monde d’exposition fantastique où il n’existe ni déformations, ni désordres, où tout est plus grand, plus proportionné, plus heureux. À Milan, ne sommes nous pas inévitablement sur le chemin du progrès.

Clichés/voyage, Clichés/expositions, Clichés/photos, Clichés/architecture

« La Torre »

Image

Le chant des couleurs

hermes-la-permanente-milan-design-week-designboom-01

 Il faut rendre hommage à l’architecte Charlotte Macaux Perelman et à Alexis Fabry. Il ne faut pas oublier le scénographe Hervé Sauvage pour l’extraordinaire mise en scène du monde d’Hermès à Milan. Sept blocs monochromes où les pans de murs se croisent pour donner naissance à des équilibres de présentation rigoureux. Les rapports chromatiques reposent sur une gamme de coloris vivement contrastés. Les murs, savamment habillés de zelliges, font danser la géométrie de leurs formes par la couleur. Les lignes verticales plongent dans les horizontales, une vision abstraite ou la lumière crée des diffractions étudiées. L’âme des formes, le chant des couleurs, la transparence de la matière, sont sous contrôle pour mieux ordonner et classer les collections exposées devant des rouleaux de papier dessinés à la main. Une promenade de rêve dans la ville.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions

Le chant des couleurs

Image

Open Sky

cos-phillip-k-smith-open-sky-milan-design-week
Photo/Gilles Dallière

Il ne faut pas rater l’installation de la marque COS qui fait appel à l’artiste américain Phillip K. Smith III pour imaginer un éventail de miroirs monumental au cœur même de la cour du Palazzo Isimbardi. Les grandes lignes pures d’Open Sky, débordent de mouvement, elles reflètent et fragmentent tous les jeux de l’architecture historique de ce palais italien du XVIe siècle. Plus on s’en approche et plus le bleu du ciel de Milan agresse le soleil qui paraît ne plus être à la hauteur de ses multiples réflexions. À nous de zoomer dans l’abstraction des jeux de lignes et des nuages qui s’y reflètent, balayés par le vent.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/photos

Open Sky

Image

Cadrage

Rue Jean Goujon, Paris, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dalliere

À Paris, rue Jean Goujon, j’ai trouvé que cette porte, cette vitrine, ce regard, étaient vraiment dessinés pour durer éternellement. J’ai figé l’arrondi avec l’œil de verre de mon appareil-photo. Un œil fixe comme un œil artificiel. J’ai figé l’image comme pour en faire une carte postale et je m’aperçois que je n’ai même pas un timbre sur moi à coller dessus pour l’expédier quelque part.

Clichés/adresses, Clichés/photos

Cadrage

Image

Effets de relief

Motifs, cage d'escalier,Milan, gildalliere
Photo/Gilles Dallière

Dans le monde du design, au détour d’une installation, je suis émerveillé par les motifs sublimes et déconcertants de cet escalier milanais. Ils tremblent, se compriment, se déforment, et étourdissent par leurs effets de relief. Ils flattent le sol de cette entrée par un jeu d’à-plats géométriques inspirés qui structure chaque palier.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/photos, Clichés/voyage

Effets de relief

Image

Comedia dell’arte

L'orangerie, Paris, gildalliere, 2018
Photo/Gilles Dallière

Ce célèbre tableau du musée de l’Orangerie est une commande de Paul Guillaume à André Derain. Il représente deux personnages de la Commedia dell’arte italienne : Arlequin dans son costume à losanges colorés, coiffé d’un bicorne et Pierrot dans son habit blanc à collerette, la tête recouverte d’une calotte noire. Ils sont figurés sur un fond neutre, dans une danse sans fin, tels des marionnettes ou des pantins. Leur regard ne se rencontre pas et l’expression de leur visage est grave. Ce que l’on sait, c’est que Pierrot est le portrait de Paul Guillaume et il y a dans ses yeux beaucoup de mélancolie.

Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/expositions, Clichés/photos

Comedia dell’arte

Image