Ex-voto.

Ex-voto anatomique, Brésil,  1960-1980, en bois sculpté, Nous
Photo/Gilles Dallière/Paris

J’ai acheté un jour, rue de Bourgogne, ce petit bonhomme sculpté dans le bois d’un arbre. Avec son air d’âne battu, je l’avais curieusement associé à mes souffrances, mes reculades, mes échecs. Je ne savais pas d’où il venait. Il a pris sa place au dos des murs de mon appartement. J’ai découvert, à la Fondation Cartier, que l’interdépendance immémoriale entre arbres et humains se retrouve de manière spirituelle dans un ensemble d’ex-voto anatomique. Mon voyou est le témoignage d’une tradition religieuse de l’art populaire brésilien. Cette petite sculpture expressive guérie. On doit la placer dans une église en remerciement du miracle accompli. En ce qui me concerne, il va continuer à bouder à la maison.

Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/collection, Clichés/tendances, Clichés/Inspiration

Ex-voto.

Image

Retenir la grâce.

Réflexion, Saint Jean de Montmatre, Paris, gildalliere, 2019
Photo/Gilles Dallière/Saint Jean de Montmartre/Paris

En attendant la fin du monde, de mon monde il va sans dire, je suis pour un temps à l’abri, protégé du vent et des éléments, à promener mon Leica dans la reflexion d’un rayon de soleil automnal entre deux portes vitrées, partageant la même quiétude heureuse que celle d’un gâteau sec dans une boîte en fer-blanc.

Clichés/design, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/Inspiration, Clichés/architecture

Retenir la grâce.

Image

À la recherche…

L'autel de la vierge Marie, Saint-Jean de Montmartre, Paris, gildalliere, 2019

L’autel de la vierge Marie, Saint-Jean de Montmartre, Paris, gildalliere, 2019


Photo/Gilles Dallière/Saint Jean de Montmartre

Plus je cherche Dieu, plus il m’échappe. Pourtant, au loin, dans l’ombre de la vierge immaculée, au-delà des grands murs de béton sacralisés par la douleur, l’imprécise éternité de ceux qui ce rassemblent me suffit largement. J’aime cette odeur de cire brûlée, cette luminosité arc-en-ciel, le scintillement précieux de la mosaïque. Une fois nettoyé des nuages, ils agissent comme un renouveau.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors

À la recherche…

Image

Te raconter le temps qui passe.

Décor de cinéma, Montmartre, gildalliere, Paris, 2019L1016594-Modifier.jpg
Photo/Gilles Dallière/Décor de cinéma/Paris Montmartre

Je voudrais me souvenir de tout, te raconter encore. Une image, un son, l’alignement d’une palissade d’un autre temps, la bicyclette de mes souvenirs…J’aimerais te raconter que la vie glisse, que l’amour vole comme une plume…La palissade du temps me grignote l’âme. Ma jeunesse s’y ensable. Le paysage qui m’entoure se serre. J’ai calé le vélo de ma vie contre le gris des nuages et je marche à reculons.

Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/voyage

Te raconter le temps qui passe.

Image

Nous les arbres.

Fondation Cartier, Nous les arbres, Paris, gildalliere, 2019
Photo/Gilles Dallière/Fondation Cartier/Exposition/Nous les arbres/12 juillet-10 novembre 2019

À la Fondation Cartier, je me demande si ma mémoire n’est pas pleine d’arbres et de voyages. À l’étage je trie les livres, les photos, les textes, des piles de choses devenues inertes et innervées et en clapotant sur les toits de tant d’images fugaces, j’entretiens spontanément celle des arbres en mouvement dans cette installation sculpturale et transparente qui, de l’extérieur vers l’intérieur, est d’une étonnante complexité. Un jeu de transposition formelle qui brouille les frontières entre le monde végétal et l’architecture.

Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Nous les arbres.

Image

Le temps ralenti.

Effets d'ombres, gildalliere, Paris, 2014
Photo/Gilles Dallière/Boulevard Lannes/Paris

Je me suis installé sous les marches de l’escalier. Il est la colonne vertébrale de la maison et son temps ralenti. J’ai pris la juste mesure des choses, fasciné de voir sous cette épure les ombres grandir l’immobilité du soleil. Le silence est absolument parfait, il s’étend de haut en bas, il gagne sur la lumière et se propage plus vite que le son. J’y trouve une telle sérénité que le temps se dilate, il s’ouvre et m’offre tout l’espace à perte de vue. Je suis le maître pour de cette échappée silencieuse.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos

Le temps ralenti.

Image

Pierre Yovanovitch.

Pierre-yovanovitch
Monographie/Pierre Yovanovitch/Édition Rizzoli

Cher Pierre, est-ce un livre sur la décoration ou la monographie d’un architecte d’intérieur ?
En fait, peu importe. L’essentiel est la poésie qui s’en dégage. Il faut commencer par lire la lettre à Mademoiselle Oops, écrite par Olivier Gabet. Elle parle de liberté, de fantaisie, d’espace, d’art, et d’objets pensés et posés par vous avec rigueur. Et puis elle parle de vous, des arbres qui vous protègent, d’escaliers, cœurs battants de vos intérieurs. Elle parle de cette exigence, de cet amour de la ligne minimum, et de l’Art en majuscule. Vous nous faites voyager de Paris à New York, de Porto à Londres. Vous nous faites rêver des Étangs d’Ixelles et quand on quitte Tel Aviv, on marque la pause, chez vous, au château de Fabrègues. Il donne l’exemple de l’absurde entêtement magnifique des végétaux et de l’architecture recomposée.
C’est là où vous apprenez à attendre et ça se voit.
On ferme le livre sur votre histoire, votre famille et Nice où vous avez grandi. Je suis très heureux que vous ayez choisi mes photos pour illustrer votre et notre amour de cette région. Merci Pierre.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/livres, Clichés/photos

Pierre Yovanovitch.

Image