Le tigre et la rose

les-annee-comme-les-fleurs-se-fanent-et-leur-souvenir-comme-un-parfum-sefface-jodhpur-inde2004-gildalliere-copie

Je me suis arrêté dans la cage d’escalier émerveillé par l’étonnant spectacle qui s’offrait à mes yeux. Le sol disparaissait dans l’ombre, seule la rampe s’élevait dans la lumière dorée du soir. La foule déjà dense était bigarrée. Tous se taisaient ou parlaient à voix basse. Dans cette espace majuscule planait une sorte de léger bourdonnement fait du froissement des saris, du glissement des pieds sur le sol et du chuchotement des femmes dissimulées. Un souffle de vent souleva la poussière de cette construction monumentale. Le soir était tombé, mais la lourde chaleur de la journée stagnait encore entre les murs et montait des dalles de marbre blanc. Les années comme les fleurs se fanent, leur souvenir comme un parfum, s’efface, Jodhpur, Inde, 2004.

Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/voyage

Le tigre et la rose

Image

Éloge de l’ombre

ombre-et-lumiere-anvers-gildalliere

Dans la grande salle de réception du Kasteel van ‘s-Gravenwezel, la lumière estompée et grisâtre qui s’infiltre par la fenêtre est d’une grande beauté. Elle se dégage des jeux d’ombres et s’adapte aux différentes cultures qui se heurtent volontairement librement. Axel Vervoordt crée le décor et même les imperfections prennent une importance toute particulière. Stèles disproportionnées, peintures écaillées, renvoient dans l’ombre une subtilité qui plus que la lumière directe semble révéler la contemplation paisible des œuvres d’art.

Clichés/collection, Clichés/photos, Clichés/voyage

Éloge de l’ombre

Image

CONFESSIONS

hotel-de-la-marineparis-2016

J’adore franchir les portes closes, celles des palais, des Hôtels particuliers, en saisissant l’insolite d’un décor, le pas feutré dans une galerie, la beauté d’un détail d’architecture, la perspective d’un escalier. Ici c’est celui de l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde.

Clichés/photos

CONFESSIONS

Image

LA LUMIÈRE EN APESANTEUR

Le silence règne encore quand le cristal rencontre la lumière. « Folia » créée par Noé Duchaufour-Lawrance invite à ouvrir les yeux sur plus de 400 ans de savoir faire à la manufacture de Saint-Louis. Les vingt-cinq objets de la collection font vaciller la taille et mettent en valeur l’éclat du cristal. Au bout de la nuit, après deux ans de travail, l’indomptable collection associée au bois balance son rai de lumière comme une armure d’ombres portées pour mieux protéger sa fragilité. Il faut le regarder l’orgueilleux cristal si puissant à inspirer les artistes pour faire rêver un futur que j’espère encore passionnant. Lampes à poser, lampadaire, bout de canapé, carafes, flûte à champagne, verre à vin, verre à eau, bougeoirs et miroir vacillent dans un souffle aux formes résolument nouvelles.

saint-louis.com
contact@neonata.fr

Clichés/collection, Clichés/design

LA LUMIÈRE EN APESANTEUR

Image
Céramique, Clichés/décoration, Clichés/tendances

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Maison & Objet, Paris Déco Off, chuttt, faut pas le dire, c’est fini.

Contre le vacarme incessant des mots de nos politiciens et les poisons sociaux qui vont ralentir cette nouvelle année, le silence d’Elizabeth Leriche s’est imposé à une époque survoltée. L’art de vivre et le style s’offrent une cure de sérénité. La beauté se déleste des artifices de l’ornement inutile et se consacre à la recherche de l’essentiel. Je vous livre ici l’idée d’une simplicité qui m’a fait du bien à l’âme. 

À contre-jour, Twill de soie et coton, Dedar. Table Terzo, détail céramique émaillée Christiane Perrochon et érable, Bruno Moinard Éditions. , Assiettes, nappe en chanvre, Serviette en lin, Society. Revêtement mural, Océania, Élitis. Tapis collection Blur, Bokeh II, en soie, Tai Ping. Suspension, Ontwerpduo, SeraxEat Sweet, Yamaka. Service de table Giro, Ben Van Berkel/UNStudio, Alessi.


Where are we going, installation de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche. Livre, Tham Ma Da, The Adventurous Interiors of  Paola Navone by Spencer Bailey, edition Suzanne Slesin, Pointed Leaf PressCairn, Guillaume Delvigne, Tools Galerie. Tissu, Mrs Robinson,rubelliveneziaOlympia, Doriana et Massimiliano Fuksas, Nemo. Tapis, collection Paralleli, Dimorestudio, GolranCollection Five Circles, Muller Van Severen, Valerie ObjectsNatecru, Pierre Frey. vase Twin havane et jaune, Vanessa Mitrani, Roche Bobois. Tissu et papier peint Fuochi, Livio De Simone.


Miroirs Luminarie de Marcantonio Raimondi Malerba, Seletti. Plats, Canova Constance Guisset, Moustache. Tapis Lake fait au Népal, Amini. Canapé Avio avec table basse intégrée, Piero Lissoni, KnollHiggs,suspension avec LED. de Piero Castiglioni, Promemoria. Tissus Manhattan, Savaii, Hudson, Sahco Hesslein. Vases en céramique de Giorgio Ricciardi Laboratorio Castello. Banquette X-Ray, Alain Gilles, La Chance. Etagère Hutch de Chiara Andreatti, Atipico. Assiette Reflets, Maguelone Marin, Jars.


Miroir Dorian Grey, Formagenda. Détail pied bureau, Matthieu Bourgeaux Tiptoe. Console Shine, Meridiani. Suspensions Gambi, Eno StudioTube, tapis, Joe Colombo, Cappellini. Panneaux Prism Partition de Tokujin Yoshioka, Glas Italia. Tables Sunrise et Sunset, DeCastelli. fauteuil Bluemoon, Patrick Jouin, Coédition. Papier peint Rete, Livio De Simone.

Par défaut

Réinventer le bois pour l’art

bibliotheque-2-7-nb-copie
Photo/Richard Alcock/Gilles Dalliere

La table basse « KYOTO » de Gianfranco Frattini, la boite à secret de Carl Magnusson et Emanuela Frattini Magnusson, les cadres « CORNICE D’ORSAY », le lutrin « LEGGIO D’ORSAY », les coupes, le marque page de Gae Aulenti, la bibliothèque tournante de Cini Boeri, l’étagère de Mario Bellini, c’est Romeo Sozzi et son directeur artistique  Michele de Luchi qui en parlent le mieux.

À Brera, au cœur de Milan, ce carambolage de bois précieux renaît entre ombre et lumière dans le nouveau showroom « BOTTEGA GHIANDA ». Ode au noir qui marque l’espace pour mieux mettre en valeur les courbes des bois précieux, ultra sensibles, de l’ébéniste Pier Luigi Ghianda sur des consoles ovales tapissées de cachemire. Une mise en scène radicale dans un décor sur mesure où chaque objet tient le premier rôle. Sublime…

Bottega Ghianda
Via Formentini, 9
20121 Milano

http://www.bottegaghianda.com

Clichés/adresses

Réinventer le bois pour l’art

Image

L’ATELIER BRANCUSI, UNE OEUVRE À PART ENTIÈRE.

centrepompidou Brancusi 4

Photos/Gilles Dallière

Lundi dernier je suis aller à Beaubourg voir la rétrospective sur Pierre Paulin (Cliché : Pierre Paulin, le pouvoir du design). En arrivant sur la « piazza »je suis descendu dans ce jardin qui protège la reproduction de l’atelier parisien de Constantin Brancusi. Dans une douce lumière blanche orchestrée par Renzo Piano, 137 sculptures, 87 socles originaux, 41 dessins, deux peintures, 1600 plaques photographiques de verre et tirages originaux, sa guitare et son poêle sont figés semble t’il pour l’éternité.

centrepompidou Brancusi 3

Brancusi est une des figures emblématique de la sculpture moderne du 20e siècle. À sa mort, en 1957, il lègue par testament à l’État français l’ensemble de son atelier au 11 de l’impasse Ronsin dans le 15e arrondissement de Paris. Une œuvre à part entière où les sculptures sont disposées en relation avec l’espace qui les contient. Un corps constitué de cellules qui se génèrent les unes et les autres dans une étroite relation spatiale.

centrepompidou. Brancusi 1dng

À la fin de sa vie, il ne se concentrera plus qu’a cette proximité là. Elle devient si essentielle que quand il vend une œuvre, il la remplace par son tirage en plâtre pour ne pas perdre l’unité de l’ensemble.

centrepompidou Brancusi 2

Loin de la foule du centre Pompidou Renzo Piano a su préserver l’idée d’un espace très intérieur dans lequel s’infuse une lumière zénithale incroyable. Une respiration avant d’aller boire un dernier verre de vin blanc à la terrasse du George bondée de touristes en short et en tongs.

http://www.centrepompidou.fr

Clichés/expositions

L’ATELIER BRANCUSI, UNE OEUVRE À PART ENTIÈRE.

Image