Espace intérieur

colonne de marbre,Tunisie, 2011, gildallière - copie-Modifier
Photo/Gilles Dalliere, Tunisie

Cette villa pleinement exposée au soleil, inachevée, abandonnée, à la fois distante et ouverte, suffisamment élevée pour dominer la plage, tout en se laissant protéger par le village auquel elle s’adosse, a atteint un degré d’équilibre miraculeusement juste. Attiré par cet équilibre, le souffle vital qui circule entre terre et ciel y séjourne volontiers. Solitude absolue ? Certes non. Pour un peu que l’on prête l’oreille, on capte le pépiement et le couinement de tout un petit monde. Et si le regard Bascule vers la lumière, on assiste au vol vertigineux des mouettes. Derrière elles, règne le bleu immaculé d’un ciel sans limites.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Espace intérieur

Image

À la recherche de la lumière

mosquee
Photo/Gilles Dalliere, Tanger, 2002

De la terrasse d’une des maisons de la casbah de Tanger, je suis ébloui par le blanc des structures de la mosquée. Ce qui me frappe, c’est l’extraordinaire relief que prend la coupole dès l’instant où elle est éclaboussée de blanc. La vraie magie dans cette histoire c’est la lumière. Une lumière énigmatique toujours changeante qui précise la gamme des dégradés jusqu’à ce que l’ombre, dense se charge de mystère. La ligne et la forme, le cadrage et la mise en valeur des composantes abstraites de l’architecture deviennent les ingrédients d’un impératif dépouillement qui fait que cette clarté-là, sur ce mur, vaut tous les ornements du monde.

Clichés/photos, Clichés/voyage

À la recherche de la lumière

Image

Le tigre et la rose

les-annee-comme-les-fleurs-se-fanent-et-leur-souvenir-comme-un-parfum-sefface-jodhpur-inde2004-gildalliere-copie

Je me suis arrêté dans la cage d’escalier émerveillé par l’étonnant spectacle qui s’offrait à mes yeux. Le sol disparaissait dans l’ombre, seule la rampe s’élevait dans la lumière dorée du soir. La foule déjà dense était bigarrée. Tous se taisaient ou parlaient à voix basse. Dans cette espace majuscule planait une sorte de léger bourdonnement fait du froissement des saris, du glissement des pieds sur le sol et du chuchotement des femmes dissimulées. Un souffle de vent souleva la poussière de cette construction monumentale. Le soir était tombé, mais la lourde chaleur de la journée stagnait encore entre les murs et montait des dalles de marbre blanc. Les années comme les fleurs se fanent, leur souvenir comme un parfum, s’efface, Jodhpur, Inde, 2004.

Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/voyage

Le tigre et la rose

Image

Éloge de l’ombre

ombre-et-lumiere-anvers-gildalliere

Dans la grande salle de réception du Kasteel van ‘s-Gravenwezel, la lumière estompée et grisâtre qui s’infiltre par la fenêtre est d’une grande beauté. Elle se dégage des jeux d’ombres et s’adapte aux différentes cultures qui se heurtent volontairement librement. Axel Vervoordt crée le décor et même les imperfections prennent une importance toute particulière. Stèles disproportionnées, peintures écaillées, renvoient dans l’ombre une subtilité qui plus que la lumière directe semble révéler la contemplation paisible des œuvres d’art.

Clichés/collection, Clichés/photos, Clichés/voyage

Éloge de l’ombre

Image

VOTRE CHAMBRE EST PRÊTE

Avec Andres Velencoso et Ana Girardot
Créé par l’Agence PETER FRANKLIN.
Produit par SPANK.

Le Ritz, fermé depuis juillet 2012, ouvre ses potes aujourd’hui 6 juin 2016. Afin de célébrer l’évènement, le mythique palace de la place Vendôme confie à l’agence Peter Franklin et son directeur Général Franck Mallez le soin d’imaginer un film à la hauteur de sa légende.
Zoe Cassavetes met en image le parcours d’un couple incarné par Ana Girardot et le mannequin Andres Velencoso, des rues de Paris en voiture vers l’univers luxueux de l’hôtel métamorphosé par l’architecte Didier Beautemps et le décorateur Thierry Despont (Atelier Cos). Behind the door, ce sont trois minutes de pur bonheur qui nous laissent au petit matin sur le sourire d’un Paris enfin ensoleillé.

behind-the-door-zritz-paris-movie-zoe-cassavetes-ana-girardot-andres-velencoso-photo-golden-key

http//ritzparis.com

Clichés/voyage

VOTRE CHAMBRE EST PRÊTE

Image
Clichés/voyage

La grâce du béton

Saint Joseph, le Havre
Photo/Gilles Dallière/le Havre/juillet 2015

« La colonne est le plus noble organe de l’architecture ».
Auguste Perret
De terre ou de mer son clocher domine, véritable symbole de vie. Amer, il guide le marin ; point de repère, il permet de se situer dans la ville, phare spirituel il se dresse, pointé vers le ciel comme pour mieux accompagner l’élévation de la prière.
Édifice emblématique de la reconstruction du centre-ville du Havre, chef-d’oeuvre d’Auguste Perret, l’église Saint-Joseph est le dernier monument que distingue le passage lorsqu’un peu nostalgique il s’éloigne de la côte et le premier, rassurant, qu’il perçoit à son retour. De l’intérieur, très attaché aux correspondances entre les arts et les matériaux, Perret fait appel au Maître-verrier Marguerite Huré. Elle va utiliser le verre antique soufflé à la bouche à Saint-Just-sur-Loire – j’y suis né – irrégulier d’épaisseur et très nuancé. Auguste Perret et Marguerite Huré jouent du mouvement du soleil. Les reflets, quand il fait beau habillent le béton, le font vivre et vibrer pour ne pas dire chanter. J’ai découvert l’audace de l’architecture de cette église, de la ville, le week-end dernier et je comprends qu’elle soit inscrite à l’inventaire des monuments historiques. C’est vraiment un des chefs-d’oeuvres du XXéme siècle.

Par défaut