Mise en demeure…

La main courante du duc de Guise, Paris, gildalliere, automne 2022

Dans l’espace traditionnel d’un hôtel particulier, à l’entresol du XVIIIe siècle, sous des plafonds de stuc moulurés à l’ancienne, j’ai fait mon nid provisoire. Je me passe de la lumière naturelle, je construit une fiction, un rêve, un lieu mythique, un labyrinthe de fer forgé. À première vue, il n’y a rien à voir. À peine une main courante sur laquelle un éclairage frisant découpe un fil de lumière. #paris #hôteldeguise#escalier #styleinspiration #lightandshadow#blackandwhitephotography @gillesdalliere

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Mise en demeure…

Image

Service …

L’entrée de service, 51 rue Raynouard, Auguste Perret, Paris, gildalliere, automne 2022

Je suis dans l’entrée de service. Elle donne vers la lumière. Le décor bascule. La situation se transforme. Un tableau vivant se met en place. Un moment sacré, ou tous les écrans les uns derrière les autres deviennent transparents, de sorte qu’on voit la clarté jusqu’au fond, et du coup, plus rien ne pèse. #paris #augusteperretarchitect #entréedeservice#transparence #gravuresurverre #porte#blackandwhitephotography @gillesdalliere

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Service …

Image

La lumière de l’ombre …

Jeu de lumière sur la faculté de médecine, Paris, gildalliere, automne 2022

C’est une construction dont la symétrie subtilement subvertie semble faite pour m’attirer en son centre. Il faut y entrer, mais il faut aussi en sortir. Or ce labyrinthe est fermé. Spontanément je cherche l’issue, et ce n’est qu’au prix d’un retour sur mes pas que je finis par la trouver. Cette lumière me lâche à l’endroit même où elle m’a pris. #paris #clairobscur #lightandshadow#architecturephotography #blackandwhitephotography@gillesdalliere

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

La lumière de l’ombre …

Image

clair/obscur … Crépuscule …

Série « clair/obscur » : Crépuscule, 140×85 cm, 90×55 cm, 52×32 cm, DartBLAY
@mariedarblayvitaldurand 
Que m’importe les étoiles, puisque j’ai devant moi la mort sertie d’émerveillements. Cette respiration lente et profonde, en accord avec la pulsion du monde, naît de ces heures à faire et à défaire l’ouvrage de ma vie. J’ai aboli dans mon cœur tous les doutes. J’appartiens à la violence du monde. Et comme Abel, je songe à ma fin, mais d’une manière si nouvelle que je ressens une chose animale et perçante qui me conduit à concevoir ma mort de manière parfaitement supportable. #exibition #venteprivee #exposition #clair/obscur @mariedarblayvitaldurand @gillesdalliere#lensculturediscoveries @lensculture

Clichés/architecture, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

clair/obscur … Crépuscule …

Image

clair/obscur … Sortilège …

Série « clair/obscur » : Sortilège, 140×85 cm, 90×55 cm, 52×32 cm, DartBLAY
@mariedarblayvitaldurand 
Se débarrasser d’une ombre est facile, mais d’une tête coupée, c’est autre chose. Tu as cherché mon amour partout où il n’était pas. Tu pensais t’être libéré de moi, mais c’est impossible. Réfléchis, je t’ai enfermé, emmuré dans ta liberté. L’odeur des nervures de ton marbre m’apprenait à mourir. Tu as crevé la surface du réel et plongé au cœur du mystère pour atteindre une profondeur plus fraîche. Tes aisselles lâchent une odeur de fleurs mortes et de craie. Cela m’apprend que tu meurs. #exibition #venteprivee #exposition #clair/obscur @mariedarblayvitaldurand @gillesdalliere#lensculturediscoveries @lensculture

Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

clair/obscur … Sortilège …

Image

clair/obscur … Chimère …

Série « clair/obscur » : Chimère, 140×85 cm, 90×55 cm, 52×32 cm, DartBLAY
@mariedarblayvitaldurand
Attente imprévue, me voilà plongé dans la forêt des hasards et l’entrelacs des destins inaccomplis. L’ombre me précipite sous un arbre pour y croiser l’être déterminant, pour l’éviter peut-être. L’autre me jette au yeux sa culture du peu, sa culture du fragile, de l’ineffable, et de l’allusif. C’est comme une gigantesque toile où les réalités s’entremêlent et se battent avec le désir et le souvenir, le remords et l’impatience, toutes ces forces qui raturent le paysage de ma mémoire. #exibition#venteprivee #exposition #clair/obscur @mariedarblayvitaldurand @gillesdalliere#lensculturediscoveries @lensculture

Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

clair/obscur … Chimère …

Image

clair/obscur … Entraves …

Série « clair/obscur » : Entraves. 140×85 cm, 90×55 cm, 52×32 cm, DarBLAY.
@mariedarblayvitaldurand
J’aime les nuages plus que tout, je trouve qu’ils sont la plus belle chose de la nature. C’est l’heure chaude où l’herbier sauvage s’accroche, se tord, s’effiloche, s’offre un peu de repos, repart droit au ciel, se précipite, se cache à l’ombre des prisons dans toute la solitude du monde. La vie est très généreuse, quand on a tout perdu. J’ai parfois le sentiment d’avoir tout perdu, alors je pense qu’il reste le ciel, et surtout l’imaginaire. Et quand il ne reste plus que l’imaginaire, j’entre alors dans le jardin des délices. #exibition #venteprivee#exposition #clair/obscur @mariedarblayvitaldurand@gillesdalliere #lensculturediscoveries @lensculture

Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

clair/obscur … Entraves …

Image

clair/obscur … Résurgence …

Série « clair/obscur » : Résurgence. 140x85cm, 90x55cm, 52x32cm, DartBLAY.
@mariedarblayvitaldurand 
Un jour j’ai fui la Méditerranée. Paris et son immense labyrinthe d’ombres et de miroirs est devenu ma planète, mon travail, ma vie. Je suis revenu au rivage, mais je n’ai pas retrouvé le paysage indéfiniment mystérieux de ma mère. Maman, je ne te voyais plus comme un horizon vierge, mais comme un miroitement désespéré. Reflets des Années folles, peinture écaillée, escalier de pierre qui s’enfonce dans l’eau, tu es entrée dans l’infini outre-noir aussi coloré que l’arc-en-ciel. #exhibition #venteprivee #exposition #clair/obscur @mariedarblayvitaldurand @gillesdalliere#lensculturediscoveries @lensculture

Clichés/voyage, Clichés/expositions, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/Inspiration

clair/obscur … Résurgence …

Image

clair/obscur … Providence …

Série « clair/obscur » : Providence. 140x85cm, 90x55cm, 52x32cm, DartBLAY.
@mariedarblayvitaldurand 
L’extase artistique, je l’espère toujours comme un tremblement de terre. Wagner et Baselitz ont été mes guides. Je voulais être peintre, m’habiller d’extravagantes tenues mais aujourd’hui je suis en bleu marine, strict et rigide. Je souris, non parce que je me suis éloigné de mes rêves, mais parce que je ne les ai jamais abandonnés. Je me reproche amèrement de ne pas avoir trouvé le geste défini qui m’aurait inscrit dans la lignée des mystiques. Il y a dans l’ombre une subtilité qui semble valoriser les formes. Elle ajoute de la profondeur et de la beauté. #exibition #exposition#clair/obscur @mariedarblayvitaldurand @gillesdalliere#lensculturediscovery @lensculture

Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

clair/obscur … Providence …

Image

clair/obscur … Paradis perdu …

L’exposition clair/obscur c’est fini. Merci à Joëlle Balaresque Hériard Dubreuil pour son mécénat, ses mots, sa confiance. Merci à Marie Vital Durand et Clémence Lecoquierre de m’avoir si joliment mis en scène, merci à Anne Eveillard , 1 Epok formidable pour son très bel article, à Ladislas Gromnicki et l’imprimeur Escourbiac pour le livre « Un entre-deux mondes ». Merci à Nancy Wilson Pajic et Ari Rossner de m’avoir accompagné. Merci à tous ceux qui ont acheté mes images. La dynamique des fluides est une science difficile. Je me suis posé à la galerie David Ghezelbash avec mes manières d’ombre. J’ai cadré l’entre-deux pour m’en barbouiller les yeux et l’esprit, saturé le noir mat, un peu pour faire tomber les gris. Il faut que tout soit comme dans la vie, mêlé de soleil et de pluie, de jours et de nuits, de présence et d’absence. #exibition #expositionsparis #parisphoto#galeriedavidghezelbash @mariedarblayvitaldurand@joelle.balaresquehd @arirossner #nancywilsonpajic@gillesdalliere @ladislasgromnicki @escourbiaclimprimeur@anne_eveillard #lensculturediscovery @lensculture

Clichés/adresses, Clichés/expositions, Clichés/livres, Clichés/photos, Clichés/tendances

clair/obscur … Paradis perdu …

Image