Espace intérieur

colonne de marbre,Tunisie, 2011, gildallière - copie-Modifier
Photo/Gilles Dalliere, Tunisie

Cette villa pleinement exposée au soleil, inachevée, abandonnée, à la fois distante et ouverte, suffisamment élevée pour dominer la plage, tout en se laissant protéger par le village auquel elle s’adosse, a atteint un degré d’équilibre miraculeusement juste. Attiré par cet équilibre, le souffle vital qui circule entre terre et ciel y séjourne volontiers. Solitude absolue ? Certes non. Pour un peu que l’on prête l’oreille, on capte le pépiement et le couinement de tout un petit monde. Et si le regard Bascule vers la lumière, on assiste au vol vertigineux des mouettes. Derrière elles, règne le bleu immaculé d’un ciel sans limites.

Clichés/architecture, Clichés/photos, Clichés/voyage

Espace intérieur

Image

De brique et de broc, gildalliere
Photo/Gilles Dalliere

C’est un élément de l’école élémentaire Gustave Rouanet, rue du Ruisseau. Un gigantesque bâtiment dont l’architecture des années 1930 marque le retour de l’utilisation de la brique dans le Paris du 18e arrondissement. Une remise au goût du jour, qui ce fait en phases successives, tour à tour modeste, et plus affirmée sur la rue Gustave Rouanet. On retrouve sur la façade les influences du mouvement moderne. La trame de la brique et la verticalité de l’architecture, apportent une grande élégance. On n’est pas si loin de Mallet Stevens, Mies Van der Rohe, Frank Lloyd Wright ou de Louis Khan. Dans ce quartier de bric et de broc, devant cette façade, le temps paraît suspendu entre les vestiges d’une vie passée et des lendemains incertains.

Clichés/architecture, Clichés/photos

De brique et de broc

Image

Coup de gueule


Photo/Francis Amiand/stylisme/Gilles Dalliere

Dans le monde de la décoration, le stylisme est un métier créatif. C’est l’autre regard.
C’est l’œil qui fait qu’un reportage ne ressemble pas à un autre.
L’œil qui cadre l’instant donné.
L’œil qui fait prendre la pose à des situations et à des objets pour transmettre une certaine image, résultat d’un dialogue, d’une collaboration ou même d’une connivence avec un décorateur et un photographe. Rien d’une photo surprise par ce qu’elle est mise en scène. Pas celle des mots écrits mais celle du beau, de l’essentiel qui transparaît dans ce travail créatif. Par une étrange osmose, elle pénètre l’image et la photographie devient un portrait du styliste autant que du photographe.
Il est difficile de trouver quelque chose de ce sentiment dans les images posées des livres et des magazines, qu’elles soient préparées dans des studios ou bien tirées dans des décors naturels.
Ces instants donnés sont le fruit d’un métier.
Quand un regard fait la différence, ne devrait-il pas être reconnu au même titre que celui d’un photographe.

image.html.png

Marc Hertrich Nicolas Adnet : Des univers Inspirés
Direction artistique : Brigitte Fitoussi
Éditions Fonds de France

Clichés/décoration, Clichés/livres, Clichés/photos

Coup de gueule

Image

À la recherche de la lumière

mosquee
Photo/Gilles Dalliere, Tanger, 2002

De la terrasse d’une des maisons de la casbah de Tanger, je suis ébloui par le blanc des structures de la mosquée. Ce qui me frappe, c’est l’extraordinaire relief que prend la coupole dès l’instant où elle est éclaboussée de blanc. La vraie magie dans cette histoire c’est la lumière. Une lumière énigmatique toujours changeante qui précise la gamme des dégradés jusqu’à ce que l’ombre, dense se charge de mystère. La ligne et la forme, le cadrage et la mise en valeur des composantes abstraites de l’architecture deviennent les ingrédients d’un impératif dépouillement qui fait que cette clarté-là, sur ce mur, vaut tous les ornements du monde.

Clichés/photos, Clichés/voyage

À la recherche de la lumière

Image

Le tigre et la rose

les-annee-comme-les-fleurs-se-fanent-et-leur-souvenir-comme-un-parfum-sefface-jodhpur-inde2004-gildalliere-copie

Je me suis arrêté dans la cage d’escalier émerveillé par l’étonnant spectacle qui s’offrait à mes yeux. Le sol disparaissait dans l’ombre, seule la rampe s’élevait dans la lumière dorée du soir. La foule déjà dense était bigarrée. Tous se taisaient ou parlaient à voix basse. Dans cette espace majuscule planait une sorte de léger bourdonnement fait du froissement des saris, du glissement des pieds sur le sol et du chuchotement des femmes dissimulées. Un souffle de vent souleva la poussière de cette construction monumentale. Le soir était tombé, mais la lourde chaleur de la journée stagnait encore entre les murs et montait des dalles de marbre blanc. Les années comme les fleurs se fanent, leur souvenir comme un parfum, s’efface, Jodhpur, Inde, 2004.

Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/voyage

Le tigre et la rose

Image

Éloge de l’ombre

ombre-et-lumiere-anvers-gildalliere

Dans la grande salle de réception du Kasteel van ‘s-Gravenwezel, la lumière estompée et grisâtre qui s’infiltre par la fenêtre est d’une grande beauté. Elle se dégage des jeux d’ombres et s’adapte aux différentes cultures qui se heurtent volontairement librement. Axel Vervoordt crée le décor et même les imperfections prennent une importance toute particulière. Stèles disproportionnées, peintures écaillées, renvoient dans l’ombre une subtilité qui plus que la lumière directe semble révéler la contemplation paisible des œuvres d’art.

Clichés/collection, Clichés/photos, Clichés/voyage

Éloge de l’ombre

Image

CONFESSIONS

hotel-de-la-marineparis-2016

J’adore franchir les portes closes, celles des palais, des Hôtels particuliers, en saisissant l’insolite d’un décor, le pas feutré dans une galerie, la beauté d’un détail d’architecture, la perspective d’un escalier. Ici c’est celui de l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde.

Clichés/photos

CONFESSIONS

Image