L’échappée…

La rampe, le jardin des Biehn, Fès, Maroc, gildalliere, 2014
Photo/Gilles Dallière/Le jardin des Biehn/Fès/Maroc

Le temps s’est arrêté. La fenêtre échappe au monde. L’épure à toutes ses chances et le foutoir aussi. La perspective a pris de la hauteur, elle grimpe à la terrasse aux couleurs adoucies. Les sons de la cuisine sont estompés et feutrés, les formes du bâti ont pris de l’âge, une question d’apparences. L’esprit vague, les yeux se perdent, le silence n’est jamais lourd, il est reposant.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’échappée…

Image

Tu m’interpelles…

La terrasse, jardin des Biehn, Fès, Maroc, gildalliere, 2014
Photo/Gilles Dallière/Le jardin des Biehn/Fès/Maroc

Tu as l’air charnu bel épineux. Tu habilles d’un vert de gris ta beauté pure. Tu te couvres d’un bleuté rare, et te pares d’aiguillons pour cacher tes secrets. Peau nue, tel un ovni végétal qui s’exposerait à la chaleur écrasante de la terre cuite, tu dardes tes pointes comme des rayons pour troubler le soleil de tes épines noires. En rangs serrés, tu te détaches de l’ocre sec. Tu m’interpelles…

Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/décoration, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Tu m’interpelles…

Image

Le mystère…

Entée du palais El Mokri, Fès, Maroc, gildalliere, 2020
Photo/Gilles Dallière/Palais El Mokri/Fès/Maroc

Un passage, et toutes les possibilités de l’exil. Je n’ai que ce blanc pour y enfouir la lumière et pour la retrouver. Et puis il y a quelque chose d’autre, ce lointain murmure des siècles qui m’arrête, ce mystère qui s’y attache. Je n’ai pour l’instant que mon regard pour y accéder.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le mystère…

Image

L’ombre portée…

Ombre portée, Riad Fès, Fès, Médina, Maroc, gildalliere, 2020
Photo/Gilles Dallière/Riad Fès/Fès Médina/Maroc

Le soleil vient. Il me sauve et me désespère.
Suis-je à la hauteur du geste qui s’impose ?
Puis-je atteindre à la pureté qu’il mérite ?
En face de moi il y a le vide qui se fige au point de n’être que cette trace sur le mur de tadelakt écaillé. Je vois bien qu’il n’a pas pris de vacances. Il balance l’ombre portée d’une suspension stylisée et l’image devient bonheur. Le néant séjourne à sa limite, il apparaît, et toute la puissance de l’ombre s’exprime.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’ombre portée…

Image

La circassienne…

La Circassienne, jardin des Biehn, Fès, Maroc, gildalliere, 2020
Photo/Gilles Dallière/Le jardin des Biehn/La circassienne/Fès/Médina/Maroc

Le claustra projette son ombre dans l’espace et l’aube est immobile. Devant moi, les mille et une vies de Gali Hagondokoff, Comtesse du Luart ont inspiré cette chambre : la circassienne. Elle me parle à travers le moucharabieh et je respire l’air qui entoure son âme. Sur le rocking-chair de rotin, elle m’habite en son absence et je ne suis que ce qu’elle sent. Vous êtes si transparente Madame que l’invisible m’attire.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

La circassienne…

Image

La confusion des arabesques…

Médersa Bou Inania, Fès, Maroc, gildallire, 2020
Photo/Gilles Dallière/Médersa Bou Inania/Fès Médina/Maroc

Les portes se sont ouvertes sur la Médersa Bou Inania. Avec son décor nouvellement restauré où les bleus glacés de vert dessinent mille entrelacs d’une richesse infinie. La coquette est consciente de son élégance citadine que caresse des jeux de lumière. Elle est somptueuse comme une courtisane parée quand elle balance à mes yeux par delà la rue toute bossuée, ses bandeaux géométriques gaufrés d’une sinueuse confusion d’arabesques.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

La confusion des arabesques…

Image

l’Impérial…

Riad Fes, Relay&Châteaux, gildalliere, Maroc, 2020
Photo/Gilles Dallière/Riad Fès/Relais&Châteaux/Fès Médina/Maroc

Au Riad Fès, les bandeaux de plâtre sont sculptés par une imagination qui semble ne s’épuiser jamais. Les plafonds d’où descendent des stalactites de pierres traversées de cent poutrelles menues, sont jonchés de mille fleurs. Les balcons, merveilleux parterres aériens qui ne connaissent pas de saison, encadrent l’or d’une suspension surdimensionnée, placée là-haut tout exprès pour distraire mes rêveries.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

l’Impérial…

Image