La confusion des arabesques…

Médersa Bou Inania, Fès, Maroc, gildallire, 2020
Photo/Gilles Dallière/Médersa Bou Inania/Fès Médina/Maroc

Les portes se sont ouvertes sur la Médersa Bou Inania. Avec son décor nouvellement restauré où les bleus glacés de vert dessinent mille entrelacs d’une richesse infinie. La coquette est consciente de son élégance citadine que caresse des jeux de lumière. Elle est somptueuse comme une courtisane parée quand elle balance à mes yeux par delà la rue toute bossuée, ses bandeaux géométriques gaufrés d’une sinueuse confusion d’arabesques.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

La confusion des arabesques…

Image

Al-Qaraouiyin…

Poignées de mosquée, Karaouiyine Fès,  MédinaMaroc, gildallière, 2020
Photo/Gilles Dallière/Mosquée Al-Qaraouiyin/Fès médina/Maroc

Une agitation fiévreuse règne rue Talaâ-Kbira. Des dizaines et des dizaines de gens vont et viennent dans le secret de la vieille ville. Des milliers d’échoppes se tiennent serrées, dessinant d’immenses faubourgs de tissus multicolores, de dinandiers, de tanneurs, de céramistes, de parfumeurs, où se mêle le cris des enfants et le braillement du bétail. À l’heure de la prière, les yeux de toute la cité épient la poussière qui couvre les heurtoirs d’une des nombreuses portes de la mosquée Al-Qaraouiyin. Malgré mon sourire aux lèvres, mon énigme au cœur et tant de nudité au visage, je n’ai pas pu franchir les portes du paradis.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Al-Qaraouiyin…

Image

Les arabesques…

El Mokri, entrée, Fès, Maroc, gildalliere, 2020
Photo/Gilles Dallière/Palais El Mokri/Fès/Maroc

À l’entrée du palais El Mokri, dans une rue légèrement en pente, les hirondelles, avec leurs cris, se sont laissées prendre par le silence. L’applique est immobile. Ses volutes, ses arabesques et entrelacs végétaux se détachent dans l’air dru. J’arrache l’œuvre du serrurier de la banalité utilitaire et quotidienne, et lui redonne sa qualité d’œuvre d’art. Elle s’échappe tout à coup de la misère ocre jaune des pierres et tout autour le pavé se dilue jusqu’au ciel.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Les arabesques…

Image

Le jardin secret…

Le jardin privé des Biehn, gildalliere, Fès, Maroc, 2020
Photo/Gilles Dallière/Fès/Maroc/Le jardin des Biehn

Un rêve est bref comme le parfum d’une fleur d’oranger. Dans ce jardin secret, je retiens l’haleine du vent. Sur le ciel, la nuit glisse à ma rencontre et le temps se dissout comme du sel. La porte peinte de mille couleurs se referme sur ses secrets. La lumière bleutée irise le galbe généreux des poteries des femmes. Chekoua, khabia, guembour, abouqal, tendent leurs traits de plume vers le Rif. Une fleur blêmit, l’argile se rendort et rêve de ses nuances ocre.

Céramique, Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le jardin secret…

Image

Vestiges…

Fès intérieure, gildalliere, Fès, Maroc, 2020
Photo/Gilles Dallière/Fés Médina/Maroc

Dans l’inextricable réseau de ces petites rues, hautes, étroites, silencieuses, j’ai poussé la porte d’un mur gris et élevé dont presque aucune fenêtre n’égaie la nudité. Je me suis trouvé face aux vestiges d’une vie dont le souvenir même s’est depuis longtemps effacé. Ici, ces beaux restes ne sont pas inanimés. Ils s’associent et s’harmonisent à la vie qui les entoure et dont les modes sont toujours ceux de jadis. Ils ne cessent de servir.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Vestiges…

Image

l’Impérial…

Riad Fes, Relay&Châteaux, gildalliere, Maroc, 2020
Photo/Gilles Dallière/Riad Fès/Relais&Châteaux/Fès Médina/Maroc

Au Riad Fès, les bandeaux de plâtre sont sculptés par une imagination qui semble ne s’épuiser jamais. Les plafonds d’où descendent des stalactites de pierres traversées de cent poutrelles menues, sont jonchés de mille fleurs. Les balcons, merveilleux parterres aériens qui ne connaissent pas de saison, encadrent l’or d’une suspension surdimensionnée, placée là-haut tout exprès pour distraire mes rêveries.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

l’Impérial…

Image

Le relief invisible…

Palais royal, Fès, architecture, gildalliere, Maroc, 2O20
Photo/Gilles Dallière/Fès/Maroc

C’est le palais du plaisir et de la douleur. La plus belle chose de cette architecture, c’est le vide. Tumultueux silence. Tu penses être secret en cachant tes membres nus. Ton relief invisible reflète en brulant l’infini, le vent et les étoiles et mes yeux se ferment sur tes transparences comme un aveugle illuminé.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le relief invisible…

Image