Les courbes du temps…

MAD, musée des Arts Décoratifs, escalier, Paris, gildalliere, 2020

Bye bye 2020 et welcome 2021, mais en même temps rien a changé. Et que dire de la culture ? Que dire des courbes de la nouvelle architecture du Musée des Arts Décoratifs : le MAD ?
Dans cet espace vidé de ses visiteurs, il se dégage une puissance tellurique venue d’ailleurs. Cette écriture linéaire, précise, minimale, fluide, radicale, aérienne, montre la nostalgie d’un futur qui appartient au passé, comme un temple moderniste fossilisé dans un avenir utopique qui n’a pas eu lieu. Un décor à échelle réelle, où la fiction se mélange à la réalité. La beauté brutaliste de ce ruban de béton, atterri au milieu de nulle part, est aujourd’hui gelé par la pandémie. Pour combien de temps encore ?

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos

Les courbes du temps…

Image

L’art de la composition…

Nature morte autour de l’oeuvre de la photographe japonaise Rinko Kawauchi chez Antoine de Vilmorin

Je ne pourrais pas dire que j’ai vu quelque chose à fond si je n’ai pas cadré une image révélant un tas de détails qui autrement, ne pourraient même pas être discernés. Chez Antoine de Vilmorin, j’ai mis en scène le travail de la photographe japonaise Rinko kawauchi. J’ai saisi pour elle les détails du quotidien qui échappent souvent au trop pressé : quelques fleurs dans un vase, un livre, le reflet dans le laque d’une table vintage, un tabouret voyageur, une photo de la même artiste posée sur un parquet de buanderie. Ces objets font surgir la beauté, la poésie, l’émotion de cette petite fille encadrée qui regarde ailleurs. La palette photographique de Rinko kawauchi, son art de la composition font la part belle aux marges qui ne sont pas sans lien avec la peinture traditionnelle japonaise.

Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

L’art de la composition…

Image

Champagne…

Champagne, nature morte, gildalliere, Richard Alcock

Aujourd’hui, 1er janvier, très loin vers l’espace d’un tendre bleu pâle, la ville silencieuse tend sa grise mine en offrande. Le champagne jette au ciel ses bulles diaphanes. Il déborde des flûtes qui trinquent à la vie. Mais que te souhaiter ? Je lis dans cet or qu’il faut réparer et je te souhaite de réparer. Depuis quand n’en n’avions nous pas à ce point rêvé ? Chacun d’entre nous, au terme d’une année qui nous a confronté à la maladie, parfois au deuil, à l’incertitude, à l’isolement forcé. Réparer notre sens de l’échange, de l’émerveillement, de la fête et du partage, de l’amour, qui depuis une année se retrouve entravé. Recoller les morceaux de ce qui fonde nos sociétés éprouvées. Le geste barrière est toujours de rigueur mais le vaccin est là. Alors bonne année 2021, le beau fait du bien.

Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Champagne…

Image

À table…

L’office, Musée Nissim de Camondo, Paris, gildalliere, 2020

C’est le réveillon, il est temps de se mettre en cuisine. Au menu : soupe de tortue géante, blinis Demidoff, cailles en sarcophage farcies au foie gras et sauce aux truffes, salade d’endives aux noix, fromages, baba au rhum et fruits confits. Le tout servi sur quelques petits vins Ruinart et autres Clos Vougeot. À ce stade, je suis à l’office et les rideaux de soie Rubelli du salon peuvent bien prendre feu, le tapis Ben Ouarain devenir marre de sang, et mes fauteuils 637 Utrecht de Rietvelt édités par Cassina, chardon ardent, je n’en ai plus rien à foutre de l’année 2020. Juste un coup d’œil sur la table, la salle est haute, agréable, bien éclairée, tout est bien servi. Ce soir tout m’indiffère. J’ai envie de planer, l’année peut s’achever, je suis déjà loin.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

À table…

Image

Est-il nécessaire de trouver une raison de vivre avant de vivre ?

La cage d’escalier des appartements privés de l’hôtel Nissim de Camondo, Paris, gildalliere, 2020

La lumière de l’année à venir passe à peine par le chat de la cage d’escalier de l’année 2020. Mais demain soir c’est le réveillon de tous les dangers. Six, sept, huit, quinze, trente, qui se croient au-dessus des lois à dépasser la jauge d’invités autorisés pour le réveillon du nouvel an ? Ben faut vivre non ? Et la culture, comment elle va ? Ce soir je pense à ce couturier visionnaire que j’ai bien connu. Pierre Cardin nous a quitté ce 29 décembre, à l’âge de 98 ans. Quelle vie, quel talent. Il était un des cinq français les plus connus au monde. Il a enchaîné les inventions futuristes, lancé la première ligne de vêtements pour homme, un homme d’affaires touche-à-tout et un franc-parler qui était le sien. « J’appartiens à l’époque des zazous, des hippies, de Saint-Germain-des-Prés, du temps de Beauvoir, de Sartre et de Gréco. Je suis un dinosaure, et pourtant, le plus ancien couturier aux commandes de sa maison ». Et en vérité il est mort fier d’avoir eu raison avant tout le monde.

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

Est-il nécessaire de trouver une raison de vivre avant de vivre ?

Image

Est-ce-que vous savez que vos déchets peuvent devenir des oeuvres d’art ?

La coupole du grand Palais, Paris, gildalliere, 2020

L’année est bientôt terminée. Celle de toutes les distances et malgré le couvre-feu, vous êtes bien résolus à lui faire la fête, alors je vous en supplie arrêtez de balancer tous vos déchets sur les trottoirs, il y a des poubelles pour ça. Et si vous êtes désœuvré, en mal d’amour, où le cul coincé dans l’angle de votre canapé devant une série de Netflix, voir en tête à tête avec votre première peluche, vous pouvez vous inspirer de l’œuvre de l’artiste Franck Scurti. Il réinvente le quotidien au jour le jour en ramassant tous les objets et matériaux que vous balancez négligemment dans les rues. Ses œuvres se constituent de matières dépourvues de valeurs, redéfinies et recomposées comme des rébus dont il est nécessaire de déchiffrer le sens. Emblématique de cette démarche, il a créé une guirlande, « de la maison au studio », à base de lacets noués entre eux et ponctués de petits déchets trouvés au sol. Cette ligne accrochée au clocheton de la nef du Grand Palais mesure 45 mètres. Elle est la réponse en un acte d’un artiste face à l’incivisme, l’irresponsabilité, et à une situation de crise. À vous de suivre…

Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Est-ce-que vous savez que vos déchets peuvent devenir des oeuvres d’art ?

Image

La chute…

Sans titre, Michel BLAZY, 1993/1994, Provenant de la collection / Monnaie de Paris, gildalliere, 2017

Et si, au lieu d’accrocher vos guirlandes au sapin de Noël vous les étaliez au sol après les avoir fabriqués vous-même ! Avec tous les stocks de papier-cul que vous avez acheté au début du confinement, il y a de quoi faire et comme c’est Noël, tout le monde en viendrait à se toucher les boules joyeusement dans une grande symphonie d’orientations sexuelles. C’est l’œuvre de l’artiste Michel Blazy. Sa guirlande occupe tout l’espace droit du Piano Nobile de l’escalier d’honneur de la Monnaie de Paris, exposition en hommage au centre Georges Pompidou. Un courant d’air pourrait faire s’envoler les feuilles de papier Lotus rose mais on s’en fou. Après l’année anxiogène que nous avons passé ensemble à dévaliser les supermarchés il faut finir en beauté. C’est dérisoire, pauvre au possible, fragile, éphémère, mais tellement chic aussi ! Alors à vos rouleaux !

Clichés/architecture, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances

La chute…

Image

Joyeux Noël…

Décor de Noël surdimensionné? gildalliere

C’est Noël. Alors pour commencer la journée je vous conseille d’écouter Daphnis et Chloé de Maurice Ravel et surtout le tableau numéro 3 : le lever du jour. Ce mouvement orchestrale est un chef d’œuvre. Vous assistez au lever du soleil dans une nature florissante qui se réveille et se teinte des couleurs changeantes de l’aurore. Des oiseaux piaillent, une cascade plonge dans un ruisseau. Au début vous n’êtes pas encore bien réveillé mais petit à petit les rayons du soleil percent l’horizon, promettant un jour radieux. Il monte lentement et les premières lueurs colorent les nuages de suaves nuances qui s’affermissent pour disparaître aussitôt. Des rouges, des mauves se mêlent au ciel encore sombre. C’est un rêve, le jour ouvre radieux ses bourgeons dans les champs du vide et je suis pareil à l’enfant qui appelle sa mère cent fois, heureux de pouvoir répéter : Maman, c’est Noël…
Céramique, Clichés/architecture, Clichés/collection, Clichés/décoration, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

joyeux Noël…

Image

L’essentiel…

Promenade au parc Monceau, Paris, gildalliere, 2020

Le parc Monceau, l’arbre, le chemin, la lisière, à peine écrit je sens ces mots s’organiser en système séduisant. Et voilà la pluie qui vient arroser le tout. J’ai quitté les sentiers de l’Inde pour suivre celui qui mène au centre du « Moi ». À la recherche de la réalité retrouvée. J’aime cette barrière posée en myriades d’accents. Cet écran dressé au milieu de l’allée est diapré d’innombrables images qu’y peignent le jour et la nuit, toute brutale ligne droite exclue. Cette grande parade se déploie jusqu’au ciel et la densité du silence me ramène à l’essentiel. 

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

l’essentiel…

Image

Paname…

L’hiver au Tuilleries, Paris, gildalliere, 2017

Retour à Paname. Le soleil a mis son pyjama. La roue de la fortune ne tourne plus. Le parler de mon cœur va se poursuivre désormais au milieu des klaxons de la capitale d’Hidalgo. Ce n’est qu’un après-midi enchevêtré dans la pluie et la pénombre, le vent est las et la lumière morte. J’ai partagé mon voyage à Bénarès à travers les solitudes des mondes, laissant ma trace sur maintes étoiles. C’est le parcours le plus distant qui me rapproche le plus de vous. J’ai laissé mes yeux longtemps s’égarer au loin, de l’autre côté du fleuve, avant de les fermer sur la ville sans lumière et de me dire : je suis.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Paname…

Image