Cliché de voyage…

Douche sur le bord de l’Irrawaddy, Birmanie, Myanmar, gildalliere, 2006

J’ai cadré serré, capté, un bref instant dans le viseur de mes souvenirs cet instant donné., miracle ordinaire, ce jeune homme très digne qui se lave au bord de l’Irrawaddy. Image-affection par excellence, seule la qualité de la présence et du geste étant exprimée au détriment de toute actualisation. Il m’a regardé du fond du temps. Il a jeté son eau au-dessus de son épaule et les gouttes se sont comme incrustées dans l’épaisseur du grain photographique. Portrait humain arraché aux spirales de mon carnet de voyage en Birmanie.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Cliché de voyage…

Image

Le collectionneur…

Collection d’encriers chinois, Birmanie, Yangon, Myanmar, gildalliere, 2006

Il faut savoir regarder les choses en face, j’ai hérité de la passion des objets. Je ne sais toujours pas de qui je tiens cette passion, en tout cas ni de maman, ni de papa. Comprenez moi bien, je tombe amoureux des objets et j’ai une dévorante ivresse pour la céramique. Elle est là depuis toujours comme une référence esthétique qui me donne un sentiment de tranquillité. J’aime ses formes, sa matière, ses couleurs. Les gens ne savent plus voir ni entendre et il faut apprendre à regarder. Apprendre à regarder c’est apprendre à trouver. Dans chaque biscuit découvert il y a une histoire, un message, l’objet doit trouver sa place et même si je suis pour l’ordre je suis aussi ouvert à l’imprévu. C’est une histoire d’amour, la plus belle et parfois je la quitte et j’aime en faire don à qui me laisse à penser qu’ils les aimeraient tout autant que moi.

Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le collectionneur …

Image

L’équilibre…

Le vélo birman, Birmanie, Nyanmar, Bagan, gildalliere, 2005

L’immobilité des choses n’est que pure apparence. Et si la mémoire est nécessaire pour donner du sens aux choses que je perçois, la force de cette composition réside dans un état d’équilibre miné par l’inquiétude. J’ai voulu montrer que la simplicité n’a pas de permanence, qu’elle est l’éclosion sans cesse recommencée des apparences. Ces murs se voilent d’un jus coloré inadéquat en ce sens que le ton choisi n’a aucun rapport avec le lieu évoqué. Ce vélo, ce banc, ces ouvertures d’où personne ne nous regarde, évoquent le « délavement » dû au ruissellement de la pluie pendant la mousson. Mais ils sont aussi comme des miroirs à longue mémoire à force d’absorber tant de regards distraits, résonné de tant de cris, de soupirs et de conversations. Cette image à hérité d’une âme.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’équilibre…

Image

L’air turquoise…

Au détour de la Pagode Shwezigon, Bagan, Birmanie, Nyanmar, gildalliere, 2005

Autour du temple, j’ai copié tes yeux, ton sourire, ta grâce, ton élégance. Ton bébé, comme un petit chat surpris, s’échappe de ton ombre. Il est midi. C’est l’heure où les oiseaux font la sieste dans les arbres. C’est l’heure où les insectes déchirent le bord de chaque nouveau silence avec leurs bourdonnements. Les bonzes dans la pagode sortent un à un et la brise de l’air fait un écho à leur méditation. Le vent, couleur turquoise, penche la tête et le jardin s’incline dans un parfum de fleurs.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’air turquoise…

Image

La lumière de l’ombre…

Pique-nique à Bagan, Birmanie, Nyanmar, gildalliere, 2005

Ils sont tous là aux abords du temple. Le dormeur en vain secoue de sa tête immobile un songe qui le relis à son enfance. Le tintement des gonds et des cloches de la pagode a cessé et la dernière onde sonore résonne toujours plus faible pour se perdre bientôt comme le souvenir d’un son. Sous les arbres comme sous le porche d’entrée du grand stūpa, se profile des ombres aux formes fantastiques. L’enfant moine a franchi le mur du rêve, sourire aux lèvres, énigme au cœur, et tant de nudité au visage.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

La lumière de l’ombre…

Image

Liberté…

Regard sur la Pagode Shwezigon, Bagan, Birmanie, Nyanmar, gildalliere, 2005

Tout est là, pêle-mêle, hier il y a eu environ 38 morts et des milliers de blessés en Birmanie. Situé à l’orée du village de Nyaung Oo, la pagode Shwezigon, couverte d’or, est le principal temple de Bagan. Je me suis assis, sans faire de bruit, derrière un vieux moine. Son ombre s’écaille sur le mur. Et tandis que je regarde tout cet or, la peur me saisit. Ces montagnes de métal scintillant m’environnent de tous côtés comme un sourire militaire, terrifiant, dur, silencieux, qui ne change ni ne bouge si bien que mon corps se met à trembler. Cet or n’a pas besoin de la lumière, ni du ciel. Il ne désire même pas la vie. Dans ces éternelles ténèbres, il demeure dur et brillant pour toujours. Je veux sortir de cette prison dorée. Je veux la lumière et le ciel. Je veux la liberté.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Liberté…

Image

À l’ombre d’un sourire…

De l’ombre à la lumière, temple de Thatbyinnu, Bagan, Birmanie, Myanmar, gildalliere, 2005

Comme je m’endormais dans l’ombre des couloirs du temple Thatbyinnyu, le bouddha m’a prêté sa lumière. Son visage, blanc de tant de nuit, comme la lune quand elle est ronde, se tourne vers moi. Il me surveille du coin de l’œil. Je presse le pas entre les étages avec plusieurs ombres à mes pieds, nus. Je ne sais malheureusement pas laquelle suivre. Les carreaux de ciment, glacés, jettent sur les traverses leurs motifs par abondance, et l’odeur de l’encens se répand plus clair au fur et à mesure que je glisse. Le grand bouddha est au bout du couloir, à mi-chemin de mon amour et de son sourire.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/interiors, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

À l’ombre d’un sourire…

Image

Le sourire du bouddha…

Bouddha de Manuha,Bagan, Birmanie, Myanmar, gildalliere, 2005

Le kitschissime et gigantesque bouddha de Manuha est serré dans ses murs, coincé. Il rêve, les yeux grand ouverts, de s’évader entre les deux pages d’un livre, sur tant de feuilles déjà noircies, et sur ces feuilles toutes blanches qui ne seront jamais écrites que dans les songes d’un roi, dernier souverain du royaume de Thaton, monté sur le trône entre 1030 et 1057. À l’heure où les matins diaphanes se déplient, il faut monter haut, très haut dans le temple pour apercevoir par la fenêtre de sa chambre, son sourire et sa lumière comme de l’or sur ses paupières roses. S’il pense, je l’entends. S’il bouge, mon cœur bat. S’il parle, je respire l’air qui entoure sa poitrine, et si seulement il me touche, je deviens transparent.

Clichés/adresses, Clichés/architecture, Clichés/design, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le sourire du bouddha…

Image

Couleur rubis…

Le bouddha rouge, Bagan, Birmanie, Myanmar, gildalliere, 2005

Se perdre dans une pagode birmane, c’est se perdre vraiment, ne plus du tout savoir où l’on est, se retrouver bloqué par un mur et s’agacer, ne plus retrouver son chemin et se désespérer. Heureusement il y a la lumière. Au bout de la nuit, il est là, assis en lotus, la main droite posée au sol, la main gauche, paume vers le ciel, contre son abdomen. Les épaules tombent naturellement, comme effacées et rejetées en arrière. La pointe de la langue touche le palais. Sous sa couronne d’or, son regard se pose de lui-même à environ un mètre de distance. Il est en fait porté vers l’intérieur. Les yeux, mis-clos, ne regardent rien, même si, intuitivement, il voit tout.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Couleur rubis…

Image

Le rituel…

Méditation, femme moine, Swedagon, Yangon, Birmanie, gildalliere, 2005

En Birmanie, il y a du matin au soir, autour des temples, la vénération rituelle. On dénigre beaucoup le rituel de nos jours, en particulier les gens les plus intelligents, je devrais peut-être dire les plus intellectuels. Mais c’est une façon d’élever le niveau de conscience et qui a fait ses preuves. Le seul fait d’offrir quelques fleurs ou d’allumer une bougie en face d’une statue ou d’une image modifie mon esprit, et je suis parfois surpris de voir l’étendue du changement. Je peux lire beaucoup de livres sur la vie spirituelle, je peux même avoir essayé de méditer, et peut-être réussi, mais je trouve que le simple accomplissement d’une action rituelle symbolique quand elle est chargée de sens, m’aide beaucoup.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le rituel…

Image