Irène Papas…

Irène Papas

Après la mort de la reine Elisabeth II, et de Jean-Luc Godard qui a eu la chance de choisir la sienne, Antigone, Électre, Hélène de Troie, Pénélope, bien-sûr, Irène Papas aura su incarner avec toute sa force de conviction et sa majestueuse beauté, les légendes de la Grèce antique. L’immense tragédienne, née elle aussi en 1926 est morte ce matin à l’âge de 96 ans. Les épopées modernes du septième art n’ont pas oublié non plus d’immortaliser le talent de l’actrice. Dans Les Canons de Navaronne elle est la farouche résistante Maria Pappadimos. Sous la direction de son mentor et ami Michael Cacoyannis, elle sera la veuve martyre de Zorba le Grec. Costa-Gavras a fait d’elle la femme du député assassiné dans son film dénonciateur Z. Et à chaque fois le jeu dépouillé de cette comédienne, dont le seul regard énigmatique signait une scène, aura marqué le cinéma. Réincarnation impeccable des personnages d’Euripide, de Sophocle, d’Homère, Irène Papas a aussi éclaboussé de ses qualités d’interprète les symphonies magiques de Vangelis et de Mikis Theodorakis. Papas était comme une présence impressionnante, fière, implacable, ses yeux sombres brûlants férocement sous ses lourds sourcils noirs.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Irène Papas…

Image

Ocre rouge…

Les rues d’Aloizianika, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

Le mur s’entrouvre, la lumière le traverse. Peut-être qu’il existe une maison dans ce village dont la porte s’ouvre pour toujours ce matin aux rayons du soleil levant, et son message de lumière est alors accompli.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Ocre rouge…

Image

Rémanence…

Rémanence, exposition chez Gilles & Boissier, photographie, noir et blanc de Gilles Dallière

Chez Gilles & Boissier 2 avenue Montaigne, exposition de CLAIR / OBSCUR
Rémanence. Quelle tension interne de l’énergie fondamentale met en réseau des lieux éloignés ?
Une chose que l’on appelle les courants, mais qui en vérité est le grand continuum du ciel et de la mer, et la pénétrabilité de la matière. Au large des déferlantes blanches et de ces aplats de papiers peints baroques, il ne se passe rien que le plissement de l’usure, et je me fonds dans cette volée de craquelures qui descend vers le ciel en tornades argentées.

Clichés/adresses, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Rémanence…

Image

Enfin…

Ma photo « clair / obscur » Rémanence chez Gilles & Boissier

Je suis très heureux de retrouver une de mes photos dans cet appartement prestigieux. Très heureux de faire partie de la sélection des nouveaux artistes chez GILLES & BOISSIER, un des rendez-vous incontournables de la PARIS DESIGN WEEK. Vous me trouverez au milieu de la scénographie imaginée autour de la célèbre maison italienne FRETTE, et de leur nouvelle collection de meubles aux matières spectaculaires dans leur appartement boutique : 2 avenue Montaigne 75008 Paris. 

Clichés/adresses, Clichés/collection, Clichés/décoration, Clichés/design, Clichés/expositions, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances

Enfin…

Image

Dédicace au PSG…

La place du village de Fratsia, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

À la recherche d’un marabout… Mais non je ris. Mais là c’est sûr il va falloir prendre l’avion. Tout s’est ralenti et la terre tourne plus lentement sur elle-même. Même les lumières tournoyantes n’empêchent pas la réalité d’apparaître encore un peu plus plate à la sortie de ce décor de pacotille.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Dédicace au PSG…

Image

J’ai survolé la mer…

Le canyon Kaki Langada, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

Ce jour-là, j’ai survolé la mer. Elle m’est apparue non plus infinie dans son horizon, mais dans sa verticalité. Le bleu-vert qui défie les regards glisse vers les berges, on croit ne plus pouvoir soutenir sa lumière d’ombre, c’est avant que la nuit ne lance ses lueurs de phare. Je me suis perdu dans l’entre-deux et je tente d’imiter le sourire de la petite chèvre sauvage qui , au bout du chemin attend le soir pour aller lécher le sel sur les grèves.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

J’ai survolé la mer…

Image

Le monstre marin…

La plage de Diakofti sous la pluie, Kithira, gildalliere, été 2022

C’est vrai qu’on me trouve solitaire et taciturne et déplaisant parfois. Je suis un monstre marin, je ne veux pas séduire, je veux repousser et effrayer de façon que seuls les êtres de mon espèce se rapprochent de moi pour me nourrir ou me dévorer. Je me souviens de la conversation nocturne sous un arbre avec cette personne si sauvagement spirituelle qu’elle scarifiait son corps assoiffé de réponses.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le monstre marin…

Image

L’écume d’un bal…

Plage de Limnionas, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

Je ne vois plus la mer que comme une robe de bal, comme l’éloge de tout ce qui passe, de tout ce qui ne revient pas, de tout ce qui n’est là que pour s’effacer et qui n’existe véritablement que dans le souvenir.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’écume d’un bal…

Image

L’oeuvre parfaite…

Chambre avec vue, Kapsali, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

Je regarde l’ombre de ma main sur le mur. Et c’est la seule empreinte que je veux laisser. Une jouissance si grande qu’elle n’a besoin d’aucune mobilité, d’aucun son, elle reste en elle-même comme une mer sans vague, comme un grand miroir de mercure, comme une vie hors du temps qui dirait enfin la beauté inlassable. Ma main efface le tourment des travaux et des jours. Ce petit cabanon d’ombres, ce grand théâtre d’ombres, qui fouille dans les profondeurs infernales me semble une œuvre parfaite.

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

L’oeuvre parfaite…

Image

Interdit au public…

En chantier, Diakofti, Kithira, Grèce, gildalliere, été 2022

Le silence se rompt dans un très léger soupir continu et aigu, il tangue d’un coup dans un craquement incroyable. Moi qui déteste le bruit, je suis au milieu d’un chantier, anéanti, et je n’ai plus d’autre possibilité que la fuite, et comme derrière moi il n’y a rien, je n’ai qu’à reculer pour disparaître dans la nature. 

Clichés/architecture, Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Interdit au public…

Image