Montserrat Caballe

Capture d_écran 2018-10-06 à 16.09.26

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fgdalliere%2Fposts%2F10156801412069444&width=500

Clichés/Inspiration, Clichés/tendances

Montserrat Caballe

Image
Clichés/design

33 tours minute

tumblr_lu5vng7lax1qcmo9qo1_500tumblr_m6uzizkrM81rqoyj0o1_500
Il y a deux jours lors d’une soirée, je me suis retrouvé comme hypnotisé devant un disque microsillon tournant sur platine. Le son était incroyable, ça m’a subjugué.
Paradoxe. Alors que le CD déserte les bacs des grandes enseignes (Fnac, Virgin, etc.) au profit de la vente numérique, les mêmes offrent à nouveau de la place au vinyle, un « produit de consommation culturel » devenu désormais indispensable de tout établissement qui se respecte. Lassé de la dématérialisation, les amateurs de musique se rabattent sur l’objet culte de la diffusion musicale. Le vinyle tout le monde le sait, c’est avant tout un objet, une pochette, des livrets riches et détaillés, de grandes photos. C’est aussi un rituel, celui qui oblige à se lever, et à s’accroupir (religieusement ?) devant sa platine toutes les 15, 25 ou 35 minutes, pour retourner son disque, face A, face B. C’est bien sûr un son, plus détaillé, plus chaud, plus authentique. Désormais offert en tirage limité – avec parfois comme objectif d’en édité plus « si cela se vend », le vinyle est devenu l’objet fétiche des vrais amoureux de musique. Et une platine est un véritable objet de décoration.

Par défaut
Clichés/citations

Casta Diva

20130729-203336.jpg
Maria Callas

La maison est silencieuse. Je suis dans la chambre fraîche du premier étage, je viens de boire un verre de vin blanc, le vent c’est levé dans les ombres de la terrasse. Je mets le « Casta Diva » de la Norma de Bellini chanté par Maria Callas que j’aime tant, et ce soir, comme tous les soirs, mes lèvres articulent le bouleversant récitatif de la prêtresse
« Casta diva che inargenti
Queste sacre antiche piante
A noi volgi il bel sembiante
Senza nube e senza vel
Casta diva…
Tempra o diva
Tempra tu de’ cori ardenti
Tempra ancoralo zelo audace
Casta diva…
E senza vel. »
Je chante pour moi, en silence, le visage tourné vers la mer obscure.

Par défaut