Clichés/design

Enfin un cadeau pour la vie

Malle W.  trousseau
Photo/Marie-Pierre Morel
Lancée par Isabelle Mathez, Juliette Thévenin et l’incontournable Frédéric Winkler, (la lampe gras), la Malle w. Trousseau c’est une sélection de 43 objets absolument pointus et indispensables à la cuisine d’aujourd’hui. Très loin du gadget, Le concept est intelligent et impeccable. Trois plateaux réunissent tout le nécessaire pour couper, cuire et contenir. Les objets sont fabriqués par des artisants aux savoir-faire irremplaçables.

Le plateau coupe réunit 11 objets : 5 couteaux aux tranchants japonais affûtés par une pierre (attention les doigts). La fourchette pique viande est indispensable à la coupe. Le couteau Corse (bien trempé), donne du caractère à la "Malle". Le mortier dose la finesse des épices et du poivre. La planche à découper en noyer devient une oeuvre d'art. Les lames des 3 éplucheurs sont réglées à l'heure Suisse. Le savon en acier a été dégoté (impossible de faire sans). La louche et l'écumoire en cuivre se font la belle. La spatule en érable ne sait plus ou donner de la tête. Le tablier de cuir rougit de devenir plus beau de jour en jour.

Le plateau cuisson réunit 9 objets : le dessous de plat s'accroche avec passion du fourneau à la table. La cocotte en fonte finlandaise trône dans la cuisine. le poêlon est l'oeuvre d'un artisan allemand passionné par la fonte (à prendre avec les maniques en tricot suédois pour ne pas se brûler). Les torchons en lin tissés dans le nord de la France se soulignent de noir. Le moule américain en verre passe du chaud au froid. La palette (à tout faire), la poêle (made in France) et la sauteuse (évasée) deviennent des ustensiles de première nécessité.

Le plateau contenants se compose de 10 objets : un faitout et un insert à pâtes pour faire vivre la smala. L'indispensable cuillère à spaghetti qui rit de voir la passoire (retour du marché) plantée sur ses trois pieds dans l'évier. Le torchon en chanvre s'enroule autour de la taille comme un tablier. Les plats à gratins en grès naturel restent des grands classiques de la cuisine française à empiler. Le cuit poulet, objet insolite, permet de cuire la volaille à la verticale (jamais le dimanche). Les planches à découper en hêtre se font aussi belles à regarder. Le presse-purée nous rappelle des saveurs depuis longtemps oubliées (allo maman bobo). Le fouet ballon reste multi usage (tiens tiens). Les 3 bols Margrethe, lestés sur le fond se moquent bien des formes d'aujourd'hui.
Débarrassez-vous du superflu, là vous avez le top du top pour 3215€, un must.
Je précise qu'on peut acheter les objets à l'unité ainsi que des petites collections autour de la purée, des pâtes, l'huilier et le vinaigrier et la petite mandoline à main, avec ses 2 lames interchangeables.
La Malle w. Trousseau c'est le meilleur pour la vie.
http://www.mallewtrousseau.com

Par défaut
Clichés/photos

Full body

cimetière Milan Gilles Dalliere
Photo/Gilles Dallière, Milan 2006

« Il Monumentale di Milano » est un des lieux les plus extraordinaire de cette ville. J’aime les cimetières parce que l’on finit toujours par mourir. Les cimetières sont pour moi des jardins. Je les ai vu fleuris de la nostalgie, qui, d’ailleurs, sont peut-être déjà les jardins de la nostalgie pour notre existence elle-même ; l’existence que, lentement, tout doucement, nous cherchons à couvrir de fleurs et que parfois nous couvrons de cailloux, jusqu’a ce qu’on puisse la reconnaître dans le désert le plus silencieux, ou que parfois aussi nous couvrons de statues en pleurs, faites par des sculpteurs, juste pour accompagner nos rêves dans le vide.

Par défaut

bf6284568436072192f339b111630c55
Illustration/Federico Babina

« Le meilleur comité de standardisation du monde c’est la nature elle-même ».

Alvar Aalto

Clichés/citations

Archiportrait : Alvar Aalto

Image
Clichés/design

Il faut peser ses mots


Photos/Quentin Bertoux
Les paroles ne s’envolent plus à tort et à travers, les écrits restent. Grâce aux Perrin & Perrin le monolithe de cristal échappe à son stéréotype. Le dialogue du noir et du blanc, moins conformiste, rappelle la dialectique de l’écriture. Trois presse-papiers : Rift, Mesa et Lapilli, numérotés et limités à 17 exemplaires, piègent nos mots grâce à cet élégant enchevêtrement de lettres mis en lumière par la cristallerie de Saint-Louis.
http://www.saint-louis.com

Par défaut
Clichés/photos

Géométrie de paliers

Gilles Dallière, Milan 2004
Photo/Gilles Dallière, Milan 2004
Architecte d’intérieur, je dessine. Aujourd’hui je m’essaie à la photographie. Cette image n’est pas un document car je ne crois pas qu’elle vous apprenne quoique que ce soit sur le lieu représenté que vous ne sachiez déjà, et puis quelle importance. En revanche, je crée le doute sur le statut des images, en trouvant un regard spécifique pour chacune d’entre elles. Je travaille à partir de l’architecture, elle trouve un rythme dans mon oeil et c’est là, le moment rare, où regard et tracé se superposent parfaitement, qui font du dessin une pratique irremplaçable. Le temps du dessinateur n’est pas celui du photographe et l’implication du corps n’est pas la même.

Par défaut

Archiportrait Walter Gropius par Federico Babina
Illustration/Federico Babina

« Le nouvel esprit d’organisation, qui peu à peu se dévoile, nous renvoie au fondement des choses : pour concevoir n’importe quoi, un meuble, une maison, de façon qu’il puisse fonctionner correctement, il faut d’abord rechercher son essence ».

Walter Gropius

Clichés/citations

Archiportrait : Walter Gropius

Image
Clichés/interiors

L’envolée du 6 rue de la Tour


Photos/Francis Amiand
François Champsaur a conçu la rénovation de l’hôtel Maison FL, un très bel édifice Art Déco près de la place du Trocadéro. Le parti-pris architectural : laisser entrer la lumière. François Champsaur réalise un ensemble à la fois aéré et sobre, aux lignes d’une grande simplicité, en employant des matériaux nobles. Dans l’accueil et les pièces de réception, il a su créer une harmonie de couleurs très raffinées dans leurs juxtaposition. Dans les chambres la couleur s’affirme avec raffinement. Il a fait de ce lieu sombre et triste un espace ouvert, aéré et clair d’une belle modernité. La mise en valeur de l’ensemble de la composition et des installations a été réalisée par la distribution d’un éclairage particulièrement étudié et par l’emploi de revêtements en matériaux de choix, tant aux sols qu’en parois, cristallisés autour des savoir-faire français. Le lieu est scénarisé avec justesse et ça on en doutait pas.
http://www.maisonfl.com

Par défaut
Clichés/design

Eugeni Quitllet vend son « Âme » à Christofle


Cette année Eugeni Quitllet fonctionne à 100 000 volts. Ce catalan d’origine travaille à plein régime et devient le nouveau prodige du design international. En 2012 il crée ce service pour Christofle. Avec « l’Âme » il nous embarque dans l’épure et elle est à la hauteur, elle est ergonomique, sobre et surtout fonctionnelle. Ces couverts en acier subliment la matière. Ils laissent entrevoir la trace de la main de l’homme à travers quelques détails, discrets mais essentiels. Dix-sept pièces dont trois accessoires ludiques ; un pique à tapas, autrement appelé pallilo, un agitateur à espresso et une cuillère à glace. Une véritable partition contemporaine divinement orchestrée qui va donner une âme à nos tables. Un univers qui prouve bien que Christofle, tout en mesure, reste en prise avec la vie contemporaine.
http://www.eugeniquitllet.com
http://www.christofle.com

Par défaut
Clichés/photos, Clichés/voyage

Les bleus d’Asilah

art de rue Asilah Maroc, Gilles Dallière
Photo/Gilles Dallière, Asilah, Maroc
Asilah fut romaine, espagnole et portugaise, elle me fait penser à la cité maritime d’Essaouira en plus petit. Ses maisons blanches sont agrémentées d’un bleu et d’un vert lumineux qui la distinguent des autres villes. Le street-art, les fresques ornent les murs de la ville ancienne, oasis de culture. Quand on rentre par la porte de la mer dans la médina, elle nous invite à flâner au hasard de ses ruelles colorées. Qu’importe que le vent s’amuse des oeuvres accrochées dans le ciel, la cité est magique.

Par défaut

Archiportrait Federico Babina
Illustration/Federico Babina

« Un client n’est un client que s’il est un partenaire, si tout peut se jouer dans un dialogue très ouvert ».

Frank O. Gehry

Clichés/citations

Archiportrait : Frank o. Gehry

Image