Ah ! ça ira ! ça ira ! ça ira !

Photos/Francis Amiand

À l’hôtel la Lanterne, situé rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, au cœur du Quartier Latin, les matières font la part belle à un confort moderne et élégant et des allusions rassurantes au passé historique de Paris. Les 26 chambres et la suite, composées autour des photographies de Nicolas Sénégas sont orchestrées par Pierre Dubois et Aimé Cécil (Les Héritiers). Avec leur sens des clairs-obscurs enveloppants, ils nous plongent avec élégance dans l’imaginaire de la ville lumière. Au dernier étage, 3 chambres s’ouvrent sur de petits balcons, au rez-de-chaussée, elles donnent sur un petit jardin intérieur aménagé. La Lanterne propose un espace unique dédié à la détente avec un bassin de nage à contre-courant et un hammam. Un bar propose une sélection de vins produits par l’un des propriétaires dans un décor au dépouillement monacal illuminé par des lustres de Murano. Une histoire de clichés qui plonge les voyageurs au plein cœur d’un Paris historique.
À partir de 250€ la nuit.
La Lanterne : 01 53 19 88 39 ; http://www.hotel-la-lanterne.com

Clichés/adresses

Ah ! ça ira ! ça ira ! ça ira !

Image
Clichés/design

Enfin un cadeau pour la vie

Malle W.  trousseau
Photo/Marie-Pierre Morel
Lancée par Isabelle Mathez, Juliette Thévenin et l’incontournable Frédéric Winkler, (la lampe gras), la Malle w. Trousseau c’est une sélection de 43 objets absolument pointus et indispensables à la cuisine d’aujourd’hui. Très loin du gadget, Le concept est intelligent et impeccable. Trois plateaux réunissent tout le nécessaire pour couper, cuire et contenir. Les objets sont fabriqués par des artisants aux savoir-faire irremplaçables.

Le plateau coupe réunit 11 objets : 5 couteaux aux tranchants japonais affûtés par une pierre (attention les doigts). La fourchette pique viande est indispensable à la coupe. Le couteau Corse (bien trempé), donne du caractère à la "Malle". Le mortier dose la finesse des épices et du poivre. La planche à découper en noyer devient une oeuvre d'art. Les lames des 3 éplucheurs sont réglées à l'heure Suisse. Le savon en acier a été dégoté (impossible de faire sans). La louche et l'écumoire en cuivre se font la belle. La spatule en érable ne sait plus ou donner de la tête. Le tablier de cuir rougit de devenir plus beau de jour en jour.

Le plateau cuisson réunit 9 objets : le dessous de plat s'accroche avec passion du fourneau à la table. La cocotte en fonte finlandaise trône dans la cuisine. le poêlon est l'oeuvre d'un artisan allemand passionné par la fonte (à prendre avec les maniques en tricot suédois pour ne pas se brûler). Les torchons en lin tissés dans le nord de la France se soulignent de noir. Le moule américain en verre passe du chaud au froid. La palette (à tout faire), la poêle (made in France) et la sauteuse (évasée) deviennent des ustensiles de première nécessité.

Le plateau contenants se compose de 10 objets : un faitout et un insert à pâtes pour faire vivre la smala. L'indispensable cuillère à spaghetti qui rit de voir la passoire (retour du marché) plantée sur ses trois pieds dans l'évier. Le torchon en chanvre s'enroule autour de la taille comme un tablier. Les plats à gratins en grès naturel restent des grands classiques de la cuisine française à empiler. Le cuit poulet, objet insolite, permet de cuire la volaille à la verticale (jamais le dimanche). Les planches à découper en hêtre se font aussi belles à regarder. Le presse-purée nous rappelle des saveurs depuis longtemps oubliées (allo maman bobo). Le fouet ballon reste multi usage (tiens tiens). Les 3 bols Margrethe, lestés sur le fond se moquent bien des formes d'aujourd'hui.
Débarrassez-vous du superflu, là vous avez le top du top pour 3215€, un must.
Je précise qu'on peut acheter les objets à l'unité ainsi que des petites collections autour de la purée, des pâtes, l'huilier et le vinaigrier et la petite mandoline à main, avec ses 2 lames interchangeables.
La Malle w. Trousseau c'est le meilleur pour la vie.
http://www.mallewtrousseau.com

Par défaut
Clichés/interiors

Une nuit au Panthéon


Photos/www.interiorspictures.com
Nous sommes amis depuis très longtemps avec Valérie Manoïl. Elle est architecte d’intérieur, nous nous rencontrons chez le décorateur Yves Taralon avec lequel elle collabore durant six ans à toute sorte de projets. À son compte depuis 1995, elle rencontre Corinne et Pascal Moncelli, propriétaires de l’Hôtel du Panthéon. Le cahier des charges est simple, basé sur l’art de recevoir, afin de faire vivre aux clients une expérience unique. C’est donc avec un grand raffinement que l’hôtel se construit autour des audacieuses, des amoureuses, des passionnées, des femmes libres qui prennent leur destin en main. 35 chambres, 1 suite, pour une Gamme de prix entre 350 à 750€ et une vue magnifique sur le coeur historique de Paris. Un monde imaginaire ou on se met à se demander à quoi rêve Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Ils rêvent de vivre.
http://www.hoteldupantheon.com



Par défaut
Clichés/adresses

L’esprit des suds

Gilles Dallière2014-03-16 à 19-14-19
Photo/Gilles Dallière, Paris 2014
Cette semaine, en flânant devant les vitrines des galeries de la rue Charlot j’ai découvert une élégante boutique autour du voyage. Gachon Pothier, c’est l’univers d’Alexandrine, une sorte de fantaisie bohème, pour les matières du sud. Des tissus, des tapis, des coussins se mélangent à des objets venus de loin. Des bijoux, ont un esprit résolument nomade. Sur une étagère il y avait trois assiettes décorées qui n’avaient presque rien à voir avec le reste des collections mais on sentait bien qu’elles avaient été choisies avec goût, j’ai craqué pour celle du milieu.
http://www.gachonpothier.com

Par défaut
Clichés/citations

Hors du miroir

tumblr_mvpr4yvVon1qliheqo1_1280
Notre époque est celle de l’instrumentalisation, et faute de nous voir réellement nous-mêmes, nous nous baladons avec une idée de ce que nous sommes. Face au miroir qui n’est autre qu’un instrument d’illusion il faut apprendre à le considérer comme un marqueur de notre capacité à « réfléchir ». Ce n’est qu’en fixant son reflet que Persée peut décapiter la Méduse. Apprendre à se regarder, prendre le temps de respirer. Comprendre que les émotions agissent sur le mental et que le mental retentit sur tout le corps. Alors il faut laisser le temps au temps, oublier tout esprit de compétition envers soi-même, travailler avec la souplesse et la fermeté pour apprendre à inverser les énergies. J’ai du boulot.

Par défaut


L’ikebana est une tradition d’art floral qui remonte à plus de 13 siècles. Le Japon a reçu l’art floral de la Chine au début du VIIème siècle. La dynastie Tang rayonnait alors sur tout le monde oriental et les ambassadeurs japonais ramenèrent avec le bouddhisme la coutume des offrandes florales « kuge » aux autels bouddhiques et aux stupas. Des offrandes qui doivent comporter trois fleurs : une haute et deux plus basses. Nous avons là l’origine du premier bouquet vertical, nommé tatebana, qui donna plus tard le rikka et le shôka. Plantica, vous offre aujourd’hui un coffret design, avec tous les ustensiles pour faire un Ikebana. Une boite transparente, dans laquelle se trouvent trois plateaux fluorescent, rose, vert, orange. Une paire de ciseaux fait par « Sakagen », un maître japonais, pour couper les fleurs à piquer sur le support qui se pose sur le plateau. La couleur s’adapte au choix de votre composition. À vous d’avoir le talent de faire ce qu’il reste d’une tradition japonaise contemporaine : un ikebana et çà, c’est un art. un très beau cadeau de Noël et une video sur : http://www.ikebanakit.net
http://www.plantica.net

Clichés/design

Ikebana mon amour

Image
Clichés/décoration

La théorie des couleurs selon Society

Fidèle à sa philosophie, Society réinvente l’automne et l’hivers 2013/2014. Une large gamme de couleur neutre, de ton pétrole, un soupçon de moutarde, une touche de brique qui contraste avec des violets. Une gamme sourde, inhabituelle, qui se mélange selon l’humeur du temps pour créer des ambiances calmes. Des couleurs discrètes proches d’une nature minérale.
Le ton sur ton n’est plus à la mode. La noblesse des matières et les contrastes soulignent l’impression d’espace. Il faut savoir mélanger les couleurs saturées et lumineuses aux couleurs sourdes et rompues.
Alors pour une fois soyons créatifs!

http://www.societylimonta.com

Par défaut