Le sous-bois…

Le sous bois de la plage du Dramont, Saint-Raphaël, gildalliere, 2020

J’ai dû m’arrêter à trois cents mètres de la plage, sous un bouquet de chênes rabougris. Le silence est glacé. Seul le sous-bois de la plage du débarquement du 15 août 1944 est préservé. Les grands cercles de pierres fossilisent les silhouettes inclinées des pins maritimes. Les légions de galets de porphyre bleu de l’Estérel ont roulé dans la mer. Les ombres tournent. Le crépuscule baigne les arbres d’une lumière déclinante, froide et aqueuse. La plage est désolée. Le ciel au-dessus brille d’un or qui pâlit. La clairière danse, se balance, glisse comme une carte à jouer qu’on étale. Un vol de mouette traverse l’azur en formant une série de figures qui ne cessent de se défaire et de se refaire comme le mouvement de la vague d’un bleu outre-tombe sur la lumière nacrée qui décline. Le vent est enfin tombé.

Clichés/Inspiration, Clichés/photos, Clichés/tendances, Clichés/voyage

Le sous-bois…

Image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s