Céramique

La maison idéale

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Photo/Sergio Gioberto/Marilena Noro
Où sommes nous ? les photos de Sergio Gioberto et Marilena Noro ne nous le disent pas. La dimension de l’espace architectural est saisissante, mystérieuse, presque irritante. Il y a de la nuance dans ce mouvement minimal. Ils explorent l’assemblement du béton, réduit à sa plus simple fonction architecturale, a une nature, inspirée et abandonnée a de multiples cultures ancestrales. Ils manipulent les éléments. L’architecture, fondamentale, impose le silence, la végétation le provoque, brouillant volontairement la géométrie de la structure. J’imagine des voix qui s’entrecroisent sans autre inspiration que celle de la répétition du mot « espace ». L’assemblage des volumes confère à ce paysage vert presque cru son originalité. Cet univers, décanté, inquiète comme si sa force pouvait se perdre dans une zone non réductible à une approche rationnelle.
http://www.alfonsoartiaco.com

Par défaut

Une réflexion sur “La maison idéale

  1. Le Den's dit :

    Subject adress: https://gildalliere.com/2014/06/page/4/
    https://gildalliere.com/2014/06/12/la-maison-ideale

    Bonjour, je ne sais pas si la catégorie « ceramique » est bien convenable. A mon avis, il serait plus adequat de classer dans « photo » !
    Dans le slider à propos de Sergio Gioberto et Marilena Noro, Vous écrivez:
    <>.

    Or la photo nommée « 7157331020_baba17fbf5_b.jpg » représente le fond de mon jardin.

    A lire la justification du montage photo, je reste impressionné par la distance qu’imposent les termes du descripteur dans cet article. On parlerait de la nature comme une inspiratrice bétonnière ? De l’urbain comme source mentale ?
    Si le commentateur venait un seul des 365 soirs de l’année, son silence serait vite imposé par la faune qui y règne, en maître… Il calculerait très très vite la distance pour trouver un abri, le parking est assez loin. Oublions l’urbanisme.

    Sur ce website vous y trouvez un tableau de Gustave Courbet :

    Où l’on y voit des constructions, habitats et moulins diversifiés, d’avant 1913, quand alors existait une mobilisation inouïe qui devait faire de ces lieux un parc naturel national (projet lâché pour une autre mobilisation d’une autre ampleur).

    Les murs plats et linéaires ne sont pas d’inspiration décentes, ni créés pour le bien-être de l’humanité.

    Et « l’originalité de ce paysage vert presque cru » n’a pas à « être conféré » par un le béton !!! Ce paysage est sacré !

    C’est un monde équilibré, qui se suffit à lui-même, Notre humilité nait de ce simple constat et juste après, ça se nomme le respect . On a aussi le droit d’être con, mais l’a-t-on jusqu’à encourager en propageant une telle vision visuelle, une approche urbaine du peu de vraie Nature sauvage qui nous reste ?

    Toujours c’est Elle qui nous inspire.
    Le Den’s

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s