2012-10-04 à 13-25-27
Photo/richard Alcock/réalisation/Gilles Dallière, Andrézieux Bouthéon.
C’est l’indolente élégance de ces drapés qui n’avait plus rien de raideur face aux graffitis de cette usine abandonnée. Il se passe tout à coup quelque chose d’étrangement fastueux. La composition est abstraite mais l’alliance est mystérieuse. Mais finalement ces idées et ces trouvailles ressemblent fort qu’à des inspirations, des rêveries, heureuses en apparence, et qui se révèlent complètement vides et sans valeur dans le monde d’aujourd’hui.
De gauche à droite : « Rive Gauche », 70% polyester, 30% soie, en 150cm de large, Métaphores. « Mariposa », 71% polyester, 29% soie en 140cm de large, Harlequin chez Sanderson. « Frederico, 80% viscose, 11% soie, 9% lin, en 148cm de large, Fadini Borghi chez Pierre Frey. « Dragon », 41% polyamide, 32% coton, 27% polyester, en 148cm de large, Lorca chez Osborne & Little. « Griante », 78% coton, 22% soie, en 140cm de large, Rubelli.
Maison Française n°581
http://www.cotemaison.fr

Clichés/tendances

L’évidence des contrastes

Image

2 réflexions sur “L’évidence des contrastes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s