Clichés/tendances

Une certaine idée de la beauté au Palais Garnier


Hier soir nous étions au Palais Garnier. Le premier ballet « Darkness is Hiding Black Horses » de Saburo Teshigawara était forcément surréaliste et très inaccessible. La deuxième chorégraphie « Glacial Decoy » de Trisha Brown, figure emblématique de la danse postmoderne américaine, nous a laissée de glace. Les hors-champs de la scène et le silence, car il n’y avait pas de musique ni de grincements de portes, auraient pu nous faire fuir à l’entracte. Heureusement Le troisième ballet nous transporte. william Christie et les chanteurs des Arts Florissants interprètent a cappella les Madrigaux de Gesualdo et Monteverdi, accentuant encore la tension émotionnelle portée par la danse. Jiří Kylián, infatigable inspirateur du « Nederlands Dans Theater », confronte les corps à l’espace. « Doux Mensonges » est une scénographie en mouvement faite pour illustrer le mystère des coulisses du Palais Garnier. Entre les danseurs, le décor, la video et la musique polyphonique, une place infinie est laissée à l’imaginaire qui englobe toutes les ombres projetées allant de la lumière la plus éclatante jusqu’aux ténèbres les plus mortelles. Une vraie philosophie de la danse et une bonne soirée.
http://www.operadeparis.fr

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s