Clichés/expositions

Lanvin : Madame Jeanne


Photos/robes/Katerina Jebb

Son directeur artistique Alber Elbaz et le Palais Galliera célèbrent Jeanne Lanvin. Elle débute comme modiste et ouvre en 1885 à l’angle du 22, rue du fbg St Honoré sa première maison de mode. La naissance de sa fille Marguerite dite « Marie-Blanche » va démultiplier son désir de création et le succès de ses modèles pour enfants est tel qu’en 1909 Jeanne Lanvin entre dans le monde fermé des maisons de haute couture. Le « chic ultime » c’est le noir, mais sa couleur fétiche c’est le bleu « Lanvin », un bleu Quattrocento comme « un morceau de ciel trempé dans un champ de lavande ». En 1927, elle lance « Arpège » et son fameux flacon boule pour les 30 ans de Marguerite qui épouse en secondes noces le comte Jean de Polignac. C’est à cette occasion que le logo de la maison dessiné par Paul Iribe représente la mère et la fille se tenant par les mains. L’art est au plus près de la mode, elle ouvre en collaboration avec Armand-Albert Rateau un département décoration. En 1926 après avoir taillé le costume sur mesure de l’académicien Edmond Rostand, elle entre dans l’univers feutré du tailleur pour homme. Aujourd’hui, à 125 ans, Lanvin est la plus ancienne maison de couture en activité. Le Palais Galliera rend hommage à une femme d’affaires discrète et raffinée. Carnets de voyages, échantillons, broderies, surpiqûres, rubans, soit une centaine de modèles illustrent le succès de Jeanne Lanvin qui envisageait la mode comme un style de vie.

Exposition « Jeanne Lanvin » du 8 mars au 23 août 2015. Palais Galliera. Musée de la mode de la ville de Paris. 10, avenue Pierre Ier de Serbie. 75016 Paris.
http://palaisgalliera.paris.fr

Par défaut
Céramique, Clichés/tendances

Stéphane Rolland, Follement Haute Couture

Le 21 janvier, des femmes-fleur se disputent la vedette lors du défilé du couturier parisien Stéphane Rolland. Nous avons dîné à Biarritz ensemble et l’élégance, la retenue du personnage, mis-à-part son physique de séducteur, m’avaient interpellé. Son travail est délicat, structuré et vaporeux, il rend les femmes follement couture tout en envolées de gaze. Les robes sont aériennes, les couleurs passent du bleu au jaune bouton d’or comme un enchantement, le blanc, entre deux, reste pur soulignant des biais parfaitement maîtrisés. Une très belle collection de haute couture.
http://www.stephanerolland.com

Par défaut
Clichés/livres

Divine décénnie


Photos/Mark Shaw
De 1952 à 1962, le photographe Mark Shaw à travaillé dans les coulisses des défilés en étroite collaboration avec la maison Dior. 200 photos souvent inédites, qui passent du noir et blanc à la couleur, mettent en scène l’image de la maison de haute couture. Le regard est aussi plus intimiste sur les répétitions et les ateliers de confection. Un livre sur l’élégance d’une époque, relié, à commander d’urgence pour Noël.
Dior Glamour 1952-1962
Écrit par Natasha Fraser-Cavassoni
Photos : Mark Shaw
Préface : Lee Radziwill

http://www.rizzoliusa.com

Par défaut