Clichés/photos, Clichés/voyage

Les bleus de Mogador

2004-08-23 à 17-44-56
Photo/Gilles Dallière, Essaouira.
La lumière est prometteuse. Elle irise, esquisse et caresse les formes de toutes ces barques de pêche. Elle noie de bleu les lointains brumeux. Il fait juste jour. Il est tôt. bientôt il y aura des visages en sueurs, la lumière sera plein soleil et il mord le bougre, sans discernement. Il brûle, étouffe, endort. Là il me reste encore les odeurs du port, les parfums des filets remontés et des cuisines de brousse. C’est la magie du port d’Essaouira.

Par défaut

2012-10-04 à 13-25-27
Photo/richard Alcock/réalisation/Gilles Dallière, Andrézieux Bouthéon.
C’est l’indolente élégance de ces drapés qui n’avait plus rien de raideur face aux graffitis de cette usine abandonnée. Il se passe tout à coup quelque chose d’étrangement fastueux. La composition est abstraite mais l’alliance est mystérieuse. Mais finalement ces idées et ces trouvailles ressemblent fort qu’à des inspirations, des rêveries, heureuses en apparence, et qui se révèlent complètement vides et sans valeur dans le monde d’aujourd’hui.
De gauche à droite : « Rive Gauche », 70% polyester, 30% soie, en 150cm de large, Métaphores. « Mariposa », 71% polyester, 29% soie en 140cm de large, Harlequin chez Sanderson. « Frederico, 80% viscose, 11% soie, 9% lin, en 148cm de large, Fadini Borghi chez Pierre Frey. « Dragon », 41% polyamide, 32% coton, 27% polyester, en 148cm de large, Lorca chez Osborne & Little. « Griante », 78% coton, 22% soie, en 140cm de large, Rubelli.
Maison Française n°581
http://www.cotemaison.fr

Clichés/tendances

L’évidence des contrastes

Image
Clichés/photos, Clichés/voyage

Un voyage intime

2007-03-20 à 18-55-31
Photo/Gilles Dallière, Marrakech.
Se perdre dans la Médina, c’est se perdre vraiment, ne plus du tout savoir où l’on est, se retrouver bloqué contre un mur et s’agacer, ne plus retrouver son chemin et se désespérer. Mais savoir sortir des sentiers battus, prendre une ruelle déserte, loin des touristes, pénétrer, dans une vie intime, habitée, secrète, c’est çà là vraie différence et ceux qui l’aiment, la retrouveront.

Par défaut

2012-10-03 à 17-02-18
Photo/Richard Alcock/réalisation/Gilles Dallière, Andrézieux Bouthéon.
Quelle est la couleur du blanc ? quelle est la couleur du noir ? Quelle est la couleur de l’homosexuel ? quelle est la couleur de l’hétérosexuel ? Depuis plus d’un an cette question agite la sphère sociale française, d’injures publiques nauséabondes. Comment percevez-vous les événements récents liés aux injures racistes ? Quelle est la politique publique française de lutte contre les discriminations ? tout compte fait, les inégalités culturelles, les exclusions symboliques et les déficits de reconnaissance ont non seulement des effets économiques, mais participent de la logique même du capitalisme, au travers notamment de la division du travail.
« wind Black », 75% coton, 25% polyamide, Larsen chez Manuel Canovas. « Smoking », 55% laine, 36% soie, Ardécora chez Zimmer+Rohde. « Ixmo », 100% polyester, Sahco. « Apprendre la vertu », 100% polyester, Élitis.

Clichés/photos

Dans le blanc des yeux

Image

tumblr_mtljg4zYGM1s8jvazo1_500
Le paysage est enveloppé dans son manteau blanc. L’horizon est parfaitement net. Tout alentour, sous la coupole trouble du ciel, dans cet espace vide que rien ne mesure, je perds à mon tour la notion du temps. Je pense à tous ceux que j’aime et avec qui je devais partager cette soirée de réveillon. Le ciel est trouble et couleur de plomb. Mon regard est lointain, dans l’attente. Je vous souhaite une très belle soirée de Noël.

clichés/citations

Noël

Image

2012-10-04 à 17-09-23
Photo/Richard Alcock/réalisation/Gilles Dallière, Andrézieux-Bouthéon.
Franchir les portes closes de ce palais d’acier abandonné, gagner sa confiance comme un cambrioleur procédant à un repérage des lieux… Construire ce décor pour mieux en révéler l’envers dans un silence troublant, le silence de toutes les solitudes, où seuls se font entendre les grincements lugubres de cette usine désaffectée. l’envie d’y mettre du faste, d’en faire un décor intemporel, je l’ai fait pour mon père parce que cette usine porte encore notre nom.
suspendus : « Hector », 100% lin en 150cm de large, Nobilis et « Saraille », 100% lin en 305 cm de large, Designers Guild. 2 fauteuils « Victor et Victoria » recouverts d’un velours 100% coton, Élitis. Sur le fauteuil, « Hibiscus, 100% soie en 137cm de large, Lee Jofa chez Brunschwig & Fils. Plissé « Alexandre », 100% soie en 140cm de large, Manuel Canovas. Comme un tapis, « Amoura », 88% coton, 12% polyester, Harlequin chez Sanderson
Maison Française n°581
http://www.cotémaison.fr

Clichés/tendances

Ambiguité

Image
Clichés/photos, Clichés/voyage

Le temps passe

2008-05-13 à 20-31-46
Photo/Gilles Dallière, Essaouira.
Le temps passe, mais l’âme de Mogador ne change pas. Érigée sous le protectorat français, l’horloge d’Essaouira est devenue un point de rendez-vous, bien plus qu’un moyen d’avoir la bonne heure. Aujourd’hui, pour ses 100 ans, on la redécouvre parée d’un crépis flambant neuf, repeinte, ravalée, rénovée. Au pays du soleil couchant, où depuis plusieurs siècles l’appel à la prière rythme les journées, rappelant à qui veut que le jour se lève, avance, décline et se couche inexorablement, L’horloge d’Essaouira, dont la tour n’est pas sans rappeler celles des minarets de la médina, vient de faire peau neuve. Située dans l’alignement de la porte Bab Sbaâ, surplombant la place Chefchaouni et ses caoutchoucs encore vivaces, la revoici comme neuve, dans l’encadrement des remparts, entièrement re-liftée, ses rambardes de bois peintes en bleu franc. Immuable repère et point de rendez-vous de la médina, son cadran est enfin remonté, et elle sonne les heures. Cette jolie tour carrée vient enfin de prendre tout sons sens, et Essaouira lui devait bien ça.

Par défaut

2012-10-04 à 11-04-22
Photo/Richard Alcock/ stylisme/Gilles Dallière, Andrézieux Bouthéon.
Même sur des murs tagués, sortez du systématisme, prenez des risques, changez de décor, marquez le coup, faites-vous valoir. allez…cassez tout avec trois pentes de tissu, c’est Noël.
« Samford Teal », 100% polyester (54€ le m en 140cm de large, Jane Churchil chez Colefax and Fowler. « Love », 66% coton, 34% soie (175€ le m en 140 cm de large, Dedar. « Mirage », 56% coton, 40% polyester (157€ le m en 310cm de large, Lelièvre. Embrasse « Onix » (116,40€, Houlès).
Maison Française n°581
http://www.cotemaison.fr

Clichés/photos

Un dialogue improvisé

Image